La Grèce a «satisfait» aux exigences de l'accord en vue d'un plan d'aide estime la Commission européenne

CRISE GRECQUE C’est un signal positif envoyé par Bruxelles à Athènes…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker donne une conférence de presse consacrée à la situation grecque le 29 juin 2015 à Bruxelles
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker donne une conférence de presse consacrée à la situation grecque le 29 juin 2015 à Bruxelles — JOHN THYS AFP

Athènes a rempli « de manière satisfaisante » les exigences de la zone euro pour lancer des négociations sur un nouveau plan d’aide, a estimé ce jeudi la Commission européenne (CE), après l’adoption au Parlement grec d’une liste de mesures d’austérité et de réformes, conditions sine qua non pour de futures discussions pour un troisième plan d’aide financière.

Les institutions créancières de la Grèce, BCE, FMI et Commission, ont jugé qu’avec ce vote, les autorités hellènes se sont acquittées « de manière satisfaisante et à temps » des conditions qui leur ont été posées dans l’accord conclu lundi, a déclaré la porte-parole de la Commission pour les Affaires économiques, Annika Breidthardt.

Crise grecque : L’Eurogroupe impose l’austérité à Athènes

Un paquet de mesures d’austérité

Lundi dernier, à l’issue d’interminables négociations, le Premier ministre grec Alexis Tsipras et l’Eurogroupe, composé des ministres des Finances des 19 Etats membres de la zone euro, avaient convenu d’une feuille de route comprenant un paquet de mesures d’austérité et de réformes administratives à mettre en oeuvre dans les jours à venir (dès mercredi dernier, puis le 22 juillet prochain), parmi lesquelles une hausse de la TVA, une réforme des retraites et la privatisation des ports du Pirée et de Thessalonique, entre autres.