Grèce: La majorité des membres de Syriza contre l’accord signé par Tsipras

EUROPE 109 membres du parti se disent hostiles à l'accord signé lundi à Bruxelles...

N.Beu.

— 

Alexis Tsipras lors d'une réunion au Parlement grec, à Athènes, le 15 juillet 2015.
Alexis Tsipras lors d'une réunion au Parlement grec, à Athènes, le 15 juillet 2015. — Petros Karadjias/AP/SIPA

Tsipras n’a plus son parti derrière lui. Ce mercredi, la majorité des membres du Comité central de Syriza, la coalition de la gauche radicale au pouvoir en Grèce, s’est prononcée contre l’accord signé par le Premier ministre à Bruxelles.

109 membres appellent à voter non

A quelques heures du vote du Parlement grec, prévu vers 22h (23h, à Paris), 109 membres du parti appellent déjà les élus à dire non aux mesures d’austérité. Dans leur texte, ils dénoncent un « coup d’Etat » prouvant que « le but des dirigeants européens était la destruction d’un peuple afin de faire un exemple ». « C’est un coup d’Etat dirigé contre toute idée de démocratie et de souveraineté populaire », ajoutent les signataires du texte, qui estiment que l’accord sera « catastrophique pour le pays et pour notre peuple ».

Ils n’accablent pas Alexis Tsipras, sur qui des « pressions asphyxiantes ont été exercées », mais ils considèrent que le non au référendum du 5 juillet « ne permet pas au gouvernement de reculer devant les ultimatums des créanciers ». « Nous demandons que le Comité Central du parti soit convoqué d’urgence et nous demandons aux membres, aux cadres et aux députés du Syriza de sauvegarder l’unité du parti, sur la base des décisions prises par nos Congrès et le programme préélectoral du parti », concluent-ils.