Guatemala: Angel, l'enfant «héros» qui a choisi de mourir plutôt que de tuer un homme

INTERNATIONAL Un enfant de 12 ans a trouvé la mort en refusant d'abattre un homme...  

Claire Chédeville

— 

Illustration : Forêt Amérique Centrale.
Illustration : Forêt Amérique Centrale. — Lunae Parracho AFP

Angel Escalente Perez, un Guatémaltèque de 12 ans est mort samedi dernier des suites de ses blessures après avoir été jeté d’un pont, haut de 135 mètres.

« Tué ou être tué »

Le 16 juin alors qu’il rentre du collège, il est kidnappé par un gang criminel de narcotrafiquants. Séquestré par ces six hommes, ils lui posent un ultimatum : tuer de sang-froid un chauffeur de bus ou accepter d’être tué à sa place. L’enfant sanglotant refuse. Comme son père faisait le même métier, il n’a pas pu se résoudre à tirer sur l’innocent. Face à ce refus, le gang lui donne un nouveau le choix : « Etre découpé à la machette ou se faire jeter du pont de Bélice, dans la ville de Guatemala, haut de 135 mètres ». L’enfant choisit le pont. Par miracle sa chute est amortie par les feuillages d’un arbre, ce qui l’empêche de mourir.

48 heures d’agonie

Les secours ont découvert l’enfant agonisant dans les feuillages 48 heures après sa chute. En hypothermie et les deux jambes brisées, il est transporté immédiatement à l’hôpital. Conscient, l’enfant a eu le temps de raconter son kidnapping à ses sauveteurs. Mais après deux semaines de soins, il est mort d’une crise cardiaque à l’hôpital. « Le centre hospitalier ne disposait pas de tous les soins nécessaires », a expliqué son père, des larmes dans les yeux à la télévision.

« L’enfant héros »

Les six meurtriers appartenant à un gang féroce n’ont toujours pas été retrouvés tandis qu’Angel Escalente Perez est érigé en « enfant héros » au Guatemala. Selon un militant pour les droits de l’Homme interrogé par le Mirror, le recrutement d’enfant par des gangs criminels pour commettre des meurtres est monnaie courante au Guatemala. Selon lui, si ses ravisseurs ont agi de la sorte c’est qu’ils craignaient peut-être d’être accusés de meurtre si jamais ils se faisaient prendre.