Indonésie: Deux ans de prison pour avoir tenté de vendre un orang-outan

TRAFIC L'homme transportait l'animal dans son sac...

N.Beu. avec AFP

— 

Une femelle orang-outan et son petit
Une femelle orang-outan et son petit — Henning Bagger SCANPIX DENMARK

Un homme a été condamné en Indonésie à deux ans de prison pour avoir tenté de vendre un bébé orang-outan dissimulé dans son sac, une peine d’une rare sévérité pour sanctionner le trafic d’espèces protégées, ont indiqué lundi les autorités de l’archipel.

Un tribunal de Medan, troisième ville d’Indonésie sur l’île de Sumatra, a également infligé au condamné, Vast Haris Nasution, une amende de 10 millions de roupies (675 euros), sur la base d’une loi interdisant le commerce d’orangs-outans. Le procès s’est déroulé la semaine dernière. L’homme avait été interpellé en février alors qu’il essayait de vendre le bébé orang-outan caché dans son sac, selon le Centre de conservation des ressources naturelles de la province de Sumatra Nord.

L'orang-outan sur la liste rouge

« J’espère que la peine sera dissuasive et que d’autres tribunaux d’Indonésie vont faire de même en sanctionnant les trafiquants aussi lourdement que possible », a déclaré à l’AFP le directeur du Centre, John Kenedie. Le trafic d’espèces protégées comme les orangs-outans est un délit dont la sanction peut aller jusqu’à cinq de prison ferme et une amende de 100 millions de roupies (6.750 euros).

Il reste encore 6.000 à 7.000 orangs-outans de Sumatra à l’état sauvage, plusieurs centaines de ces singes d’Asie disparaissant chaque année en raison du braconnage et de la déforestation. L’orang-outan figure sur la liste rouge des espèces en danger de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).