Mexique: Qui est «El Chapo», l'homme le plus recherché d'Amérique?

EVASION Ce baron de la drogue est parvenu à s'échapper d'une prison de haute sécurité...

N.Beu.

— 

Joaquin Guzman, dit «El Chapo», escortée par la police mexicaine, à Mexico, le 22 février 2014.
Joaquin Guzman, dit «El Chapo», escortée par la police mexicaine, à Mexico, le 22 février 2014. — Dario Lopez-Mills/AP/SIPA

« El Chapo » s’est encore fait la malle. De son vrai nom Joaquin Guzman, ce baron de la drogue mexicain est parvenu à s’échapper d’une prison de haute sécurité pour la deuxième fois en 14 ans, en passant par un tunnel, ont annoncé les autorités dimanche. Dans la foulée, une vaste chasse à l’homme a été déclenchée dans tout le secteur et sur les routes des Etats voisins. Les vols depuis l’aéroport voisin de Toluca ont été suspendus. Environ 250 policiers fédéraux et militaires ont été déployés au cours de la nuit autour du centre pénitencier, tandis qu’un hélicoptère survolait la zone. Sur l’autoroute entre Mexico City et Toluca, des soldats fouillaient quant à eux les voitures au péage et vérifiaient l’identité des passagers. Un déploiement de moyens qui a de quoi impressionner, mais qui n’est pas étonnant.

Chirurgie et promenades incognito

Si « El Chapo » (« le Petit ») est devenu l’homme le plus recherché d’Amérique, c’est qu’il est pour le pouvoir mexicain un symbole de la lutte contre le trafic de drogue. Le symbole, même. Arrêté au Guatemala en 1993 puis emprisonné au Mexique, ce fils d’un éleveur et cultivateur de pavot à opium avait réussi à s’échapper en 2001 d’une prison fédérale de haute sécurité, réussissant à échapper à la police durant treize ans.

Durant ces années de cavale, il était parvenu à imposer de nouveau son cartel de Sinaloa et à contrôler le trafic de cocaïne vers les Etats-Unis, grâce notamment à une guerre sanglante contre les forces armées et contre les cartels rivaux, dont le cartel des Zetas. Il était alors considéré comme le baron de la drogue le plus recherché au monde. Le narcotrafiquant le plus puissant d’Amérique depuis Pablo Escobar. Il apparaissait d’ailleurs régulièrement sur la liste des hommes les plus riches de la planète publié par le magazine Forbes, jusqu’à ce que la publication ne reconnaisse qu’il lui était impossible d’estimer les biens du narcotrafiquant.

Joaquin Guzman, dit «El Chapo». - M. Spencer Green/AP/SIPA


Sa clandestinité avait donné lieu à de nombreuses rumeurs, d’une opération de chirurgie esthétique faciale à des promenades incognito dans les foires aux bestiaux du Sinaloa. On raconte également qu’il lui arrivait de se rendre dans des restaurants à la mode, de confisquer les téléphones portables des clients avant de dîner, puis de prendre congé en payant l’ensemble des additions. Par ailleurs, Guzman aurait eu dix enfants et trois ou quatre épouses. La dernière d’entre elles est une jeune reine de beauté épousée lors de son 18e anniversaire, en 2007.

Un petit homme moustache

En février 2014, l’annonce de son arrestation avait sonné comme un soulagement pour le Mexique, qui avait offert une récompense d’environ 2,2 millions de dollars en échange de son arrestation, mais aussi pour les Etats-Unis, qui avaient proposé une prime de 5 millions de dollars pour le même objectif. Mais elle avait aussi été perçue comme une victoire pour le Président Enrique Peña Nieto. Les autorités avaient d’ailleurs exhibé devant les caméras ce petit homme moustachu, en chemise blanche, entouré de deux soldats de la Marine mexicaine.

Arrestation du trafiquant de drogue mexicain Joaquin "Chapo" Guzman, le 22 février 2014 à Mexico - Ronaldo Schemidt AFP

A l’inverse, la nouvelle évasion d’El Chapo, désormais âgé de 58 ans, est un camouflet pour le chef de l’Etat mexicain. Mais pas seulement. Preuve de l’importance que revêt ce baron de la drogue, elle inquiète au-delà des frontières du pays. Ce dimanche, la ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch, a ainsi proposé d’aider le Mexique à retrouver le fugitif. « Le gouvernement américain est prêt à travailler avec ses partenaires mexicains […] pour aider à le capturer rapidement », a affirmé la ministre dans un communiqué. « Nous partageons l’inquiétude du Mexique au sujet de la fuite de Joaquin » El Chapo « Guzman d’une prison mexicaine. Outre ses crimes au Mexique, il est inculpé aux Etats-Unis pour crime organisé et trafics de drogues », a-t-elle rappelé.