Iran: Moscou favorable à une levée de l'embargo sur les armes «dès que possible»

NUCLEAIRE Les négociations de la dernière chance pour lever les sanctions économiques sur l'Iran doivent s'achever vendredi...

20 Minutes avec AFP

— 

La table des négociations sur le nucléaire iranien à Vienne le 9 juillet 2015.
La table des négociations sur le nucléaire iranien à Vienne le 9 juillet 2015. — AFP

La date butoir a été repoussée à vendredi pour trouver un accord sur le nucléaire iranien. La Russie s'est dite favorable jeudi à une levée «dès que possible» des sanctions sur les armes adoptées contre l'Iran par le Conseil de sécurité de l'Onu, alors que les discussions se poursuivent à Vienne dans l'espoir de parvenir à un accord sur le nucléaire iranien.

La question épineuse de l'embargo sur les armes

Ces sanctions sur l'armement ont été imposées pour pousser l'Iran à négocier, un objectif «depuis longtemps atteint», a justifié le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ajoutant que la Russie était «favorable à une levée de l'embargo dès que possible».

Nucléaire iranien: «L'Iran négocie au bord du gouffre», retrouvez l'interview de Clément Therme, chercheur associé à l’Ecoles des hautes études en sciences sociales sur les négociations concernant le nucléaire iranien

«L'Iran est impliqué dans la lutte contre l'État islamique (...) et la levée de l'embargo sur les armes l'aidera à améliorer sa capacité à combattre le terrorisme», a estimé Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse en marge du sommet des Brics à Oufa, en Russie. Sergueï Lavrov avait déjà jugé plus tôt cette semaine que la question de l'embargo sur les ventes d'armes à l'Iran était un «problème majeur» dans les discussions à Vienne. L'Iran a demandé mardi à Vienne la fin de cet embargo adopté en 2010, plaidant pour un «changement d'approche» de la part des Occidentaux afin de parvenir à un accord sur le nucléaire.

Washington opposé à la levée des restictions sur les armes

Washington a toutefois opposé une fin de non recevoir aux demandes iraniennes, estimant que les restrictions sur les ventes d'armes à l'Iran seraient maintenues même dans le cas d'un accord sur le programme nucléaire iranien. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté en 2010 une résolution interdisant la vente à l'Iran de chars de combat, systèmes d'artillerie de gros calibre, avions de combat, hélicoptères d'attaque, navires de guerre, missiles et lanceurs de missiles.

La même résolution stipule que l'Iran «ne doit mener aucune activité liée aux missiles balistiques pouvant emporter des armes nucléaires» et interdit le transfert de technologie ou la fourniture d'une aide technique à l'Iran dans ce secteur. L'accord en négociation à Vienne entre l'Iran et les grandes puissances prévoit la levée des sanctions contre Téhéran si celui-ci se plie à ses engagements sur le nucléaire.