Crash du vol MH17: La Malaisie demande un tribunal spécial pour juger les responsables

MONDE Selon le texte présenté à l'ONU, le crash est une «menace à la paix et à la sécurité dans le monde»...

M.C. avec AFP

— 

Les funérailles d'une victime britannique du crash du vol MH17 de Malaysian Airlines, le 1er décembre 2014.
Les funérailles d'une victime britannique du crash du vol MH17 de Malaysian Airlines, le 1er décembre 2014. — Simon Chapman/LNP/REX/REX/SIPA

La Malaisie veut que «les responsables rendent des comptes». Malgré l'opposition de la Russie, le pays a diffusé mercredi à l'ONU un projet de résolution demandant la création d'un tribunal spécial international pour juger les responsables du crash du vol MH17, le Boeing malaisien abattu en juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine.

Crash du MH17: Les Pays-Bas enquêtent sur «des personnes d'intérêt»

Le projet de résolution, dont l'AFP a obtenu une copie, demande que la création du tribunal soit placée sous le chapitre 7 de la Charte de l'ONU, afin d'obliger les pays membres à collaborer avec le tribunal sous peine de sanctions. Il serait la «garantie efficace d'un processus indépendant et impartial», précise le texte de la Malaisie, pour qui le crash est une «menace à la paix et à la sécurité dans le monde».

«Meilleure option» ou «contre-productif»?

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait estimé vendredi qu'un tribunal spécial de l'ONU était la «meilleure option» pour juger les responsables du crash. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, avait estimé récemment qu'un tel tribunal serait «inopportun et contre-productif».

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines a été abattu le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine au moment où des combats opposaient séparatistes pro-russes et forces gouvernementales ukrainiennes dans cette zone. La majorité des 298 passagers étaient néerlandais. L'Ukraine et les États-Unis affirment que l'appareil a été abattu par un missile sol-air fourni par Moscou aux séparatistes. La Russie de son côté a accusé l'armée ukrainienne, tandis que les Pays-Bas ont été chargés de diriger l'enquête.