Des panneaux portant les noms de victimes de la dictature 1976-1983 en Argentine, le 20 mai 2013 à l'entrée du cimetière de Mercedes, dans la province de Buenos Aires, où le dictateur General Jorge Rafael Videla (1976-81) était né
Des panneaux portant les noms de victimes de la dictature 1976-1983 en Argentine, le 20 mai 2013 à l'entrée du cimetière de Mercedes, dans la province de Buenos Aires, où le dictateur General Jorge Rafael Videla (1976-81) était né — Daniel Garcia AFP

INTERPOL

Arrestation au Brésil d'un tortionnaire de la dictature argentine

Roberto Oscar Gonzalez, 64 ans, était traqué depuis dix ans par Interpol, pour enlèvements, tortures et « génocide »…

Les autorités brésiliennes ont arrêté un ancien policier argentin recherché par Interpol pour enlèvements, tortures et «génocide» sous la dictature en Argentine (1976-83), a annoncé la police fédérale dans un communiqué. Identifié comme étant Roberto Oscar Gonzalez, cet homme âgé de 64 ans a été arrêté à Viamao, dans le sud du Brésil.

Traqué depuis dix ans

La police le traquait depuis dix ans ainsi qu'un autre ancien policier argentin, qui est mort il y a trois semaines. Roberto Oscar Gonzalez est notamment accusé d'enlèvements, de détentions illégales, de tortures, de menaces et de «génocide», des crimes «tous commis entre 1976 et 1997», a souligné la police fédérale.

Après le retour de la fin de la dictature en Argentine, l'ancien policier a commis des délits ordinaires jusqu'en 1997, selon le quotidien brésilien O Globo. Parmi les crimes qui lui sont attribués, l'assassinat du journaliste Rodolfo Walsh, un an après le coup d'Etat militaire de 1976, et dont le corps n'a jamais été retrouvé.

En prison dans l’attente de son extradition

L'ancien tortionnaire a été placé en prison dans l'attente de son extradition, a indiqué la police fédérale sans plus de détails. Son ordre d'arrestation avait été émis par un juge fédéral argentin en 2001.

Quelque 30.000 personnes sont mortes ou ont été portées disparues pendant la dictature argentine, d'après les organismes de défense des droits de l'Homme.