Nigeria : L’armée dit avoir arrêté le «cerveau» des attentats de Jos et Zaria

ATTENTATS Les deux attentats, commis dimanche et mardi, ont fait plus de 70 morts...

Fabrice Pouliquen

— 

L'attentat de Jos dimanche a fait 51 morts.
L'attentat de Jos dimanche a fait 51 morts. — AFP

L'armée nigériane a affirmé mercredi avoir arrêté le présumé «cerveau» des attentats du groupe islamiste Boko Haram à Jos, une ville du centre du pays, et à Zaria, dans le nord, qui ont fait plus de 70 morts.

Le « baron » arrêté avec deux complices

Le porte-parole de l'armée Sani Usman a indiqué qu'un cordon de sécurité mis en place après les attaques a conduit à l'arrestation du «baron» et de deux complices dans l'Etat de Gombe (nord-est). L'armée avait auparavant annoncé sur Twitter l'arrestation du «cerveau des attentats».

Les attaques de dimanche soir à Jos ont visé une mosquée, criblée de balles et frappée au lance-roquettes, et un restaurant, prisé des voyageurs, à quelques minutes d'intervalle.

51 morts à Jos, 25 à Zaria

Le bilan des victimes des violences à Jos est passé de 44 à 51 morts, a indiqué mercredi à l'AFP Mohammed Abdulsalam, le coordinateur de l'Organisation nationale de gestion des urgences (NEMA).

L'attentat survenu mardi à Zaria, dans l'Etat de Kaduna, a fait au total 25 morts. Un engin explosif, très vraisemblablement porté par un kamikaze, a explosé dans des bureaux de l'administration locale de cette localité, au moment où des fonctionnaires faisaient la queue pour subir des contrôles d'identité.

Jos, capitale de l'Etat de Plateau, est régulièrement la cible d'attaques de Boko Haram, qui n'a cessé d'intensifier ses raids depuis l'entrée en fonction du nouveau président Muhammadu Buhari le 29 mai. Depuis, plus de 550 personnes ont péri dans les violences attribuées à Boko Haram, selon un décompte de l'AFP.