Russie: Douze ONG étrangères dans le viseur des sénateurs

DEMOCRATIE Les sénateurs veulent interdire 12 ONG qu'ils considèrent comme «indésirables»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence à Saint-Petersbourg le 18 juin 2015
Le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence à Saint-Petersbourg le 18 juin 2015 — Alexander Zemlianichenko POOL

Interdire les critiques et aides des ONG étrangères? Les sénateurs russes ont demandé mercredi aux autorités l'interdiction de 12 organisations étrangères qu'ils considèrent comme «indésirables», en vertu d'une loi votée en mai et dénoncée par les ONG comme liberticide. La liste des 12 ONG élaborée par les parlementaires a été soumise aux ministères des Affaires étrangères et de la Justice pour validation, a précisé un porte-parole du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement russe.

Des ONG pour la démocratie

Sept des douze organisations sont américaines, parmi lesquelles Freedom House et National Endowment for Democracy, dont l'objectif déclaré est la lutte en faveur de la démocratie dans le monde et qui sont financées par le gouvernement américain. Trois autres sont liées à l'Ukraine, tel le Congrès mondial ukrainien, qui s'occupe de coordonner la diaspora ukrainienne dans le monde. Les deux autres ONG sont liées à la Pologne. «Cette initiative vise à protéger notre système constitutionnel», a justifié le sénateur Konstantin Kosatchev, cité par l'agence de presse publique Ria Novosti.

Russie: Une loi interdit aux travestis et transsexuels de conduire

Une loi liberticide signée en mai

«Ceux qui fournissent de l'argent à ces ONG ne sont pas intéressés par le nombre d'arbres ou d'animaux sauvés. Ils sont intéressés par le nombre de gens qu'ils arriveront à faire descendre dans la rue lorsqu'il le faudra», a-t-il lancé, accusant les Occidentaux de vouloir provoquer un changement de régime en Russie.

Une loi signée en mai dernier par le président Vladimir Poutine permet de désigner des organisations étrangères actives en Russie comme «indésirables» sur simple avis du procureur général, en accord avec le ministère russe des Affaires étrangères. Elles peuvent ensuite être interdites en Russie, qu'il s'agisse d'ONG ou d'entreprises. Cette loi en complète une autre votée en 2012, qui oblige les organisations bénéficiant d'un financement de l'étranger et ayant une «activité politique» à s'enregistrer comme «agent de l'étranger», une dénomination qui rappelle celle appliquée aux «ennemis du peuple» et dissidents à l'époque de l'URSS.

Russie: Un célèbre fonds de soutien à la science ferme face à la pression des autorités