Russie: Un célèbre fonds de soutien à la science ferme face à la pression des autorités

AGENT ETRANGER La fondation Dynasty, un des plus importants fonds privés de soutien à la recherche scientifique est accusé d’être un agent de l’étranger…

Fabrice Pouliquen

— 

La fondation Dynasty a été enregistrée en mai par le ministère de la Justice comme «agent de l'étranger».
La fondation Dynasty a été enregistrée en mai par le ministère de la Justice comme «agent de l'étranger». — AFP PHOTO / ANDREY SMIRNOV

La fondation Dynasty, un des plus importants fonds privés de soutien à la recherche scientifique en Russie, a annoncé mercredi sa fermeture, plus d'un mois après avoir été accusée par les autorités d'être un «agent de l'étranger».

«La décision de fermer le fonds a été prise lors d'une réunion du conseil d'administration de Dynasty le 5 juillet 2015», a précisé l'organisation sur son site internet.

« Pourquoi je dépenserais mon argent alors qu'on me traite d'ennemi? »

Le président de Dynasty, Dmitri Zimine, un homme d'affaires respecté de 82 ans qui a fondé le groupe de télécoms Vimpelcom, avait annoncé il y a un mois son intention de fermer la fondation si les autorités russes ne revenaient pas sur leur décision et ne s'excusaient pas.

«Si quelqu'un d'autre veut financer, qu'il le fasse, moi je ne le ferai plus. Pourquoi je dépenserais mon argent alors qu'on me traite d'ennemi?», avait-il prévenu à l'antenne de la radio Echo de Moscou.

«Nous regrettons la décision de la direction de fermer la fondation», a réagi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, en rappelant qu'«aucune mesure d'interdiction à l'encontre de ce fonds n'a été prise».

Enregistré comme «agent de l’étranger »

La fondation Dynasty a été enregistrée en mai par le ministère de la Justice comme «agent de l'étranger» en vertu d'une loi votée en 2012 et visant les ONG qui reçoivent un financement étranger et ont une «activité politique», une formule à la définition floue.

Toute organisation considérée officiellement par les autorités comme «agent de l'étranger» est dès lors obligée de se présenter comme tel dans toute activité publique.

Cette dénomination, très controversée car appliquée aux «ennemis du peuple» pendant la période stalinienne ou aux dissidents dans les années 1960-80, avait été imposée jusqu'alors à des organisations de défense des droits de l'Homme, comme Memorial ou le Centre Sakharov.

2.000 personnes rassemblées en soutien à Dynasty

Dmitri Zimine avait vivement protesté contre la décision des autorités russes, expliquant qu'il ne recevait pas de financement étranger mais finançait lui-même le fonds avec son argent placé à l'étranger.

Le conseiller pour les droits de l'Homme du président russe, Mikhaïl Fedotov, s'était lui-même insurgé contre la décision appliquée à Dynasty mais le ministère de la Justice a assuré ne pas avoir l'intention de revenir dessus.

Début juin, plus de 2.000 personnes s'étaient rassemblées à Moscou en soutien à la fondation, créée en 2002 et qui versait plusieurs millions d'euros chaque année à des physiciens, mathématiciens et autres scientifiques.