Grande-Bretagne: Une enquête en cours sur le décès d’une adolescente phobique des toilettes

SANTE La jeune fille est morte de constipation après s’être retenue de déféquer pendant huit semaines…

A.Ch.

— 

Illustration toilettes
Illustration toilettes — M.LIBERT/20 MINUTES

Une enquête qui devrait se terminer ce mercredi vise à éclaircir les circonstances du décès d’une adolescente anglaise de 16 ans, morte en 2013 d’une crise cardiaque après s’être retenue d’aller aux toilettes pendant huit semaines, rapporte la presse britannique. La jeune fille, phobique des toilettes, avait pris la mauvaise habitude de se retenir le plus longtemps possible d’aller faire ses besoins, parfois pendant près de deux mois. C’est au terme de huit semaines sans déféquer qu’elle a succombé à une crise cardiaque : ses intestins avaient tellement gonflé que ses organes, compressés dans la cage thoracique, s’étaient déplacés.

Constipation : « Il faut briser le tabou autour de l’anus »

La famille coupable de négligence ?

La jeune fille avait refusé d’être examinée pour subir un traitement qui aurait pu la sauver, précise le Telegraph. Sa maman avait pourtant tenté de la persuader de consulter un médecin. Son généraliste a déclaré lui avoir prescrit des laxatifs mais n’a pas pu examiner la jeune fille. « Sa mort aurait pu être évitée avec le bon traitement au bon moment », a déclaré le Dr James dans le cadre de l’enquête.

La jeune fille avait perdu connaissance le 8 février 2013 chez elle. Des ambulanciers ont tenté de la ranimer à plusieurs reprises mais Emily a refusé de se rendre à l’hôpital et ne voulait pas être examinée. Lors de leur dernier passage dans la maison de la jeune fille, les ambulanciers l’ont trouvée étendue sur le sol de la salle de bains, dans les bras de sa mère. « Ses côtes les plus basses avaient été poussées plus bas que son pubis, j’étais choqué », a témoigné un des ambulanciers.

La grande sœur de la jeune fille affirme que sa mère lui avait dit que sa cadette n’avait pas été toilettes depuis « six ou huit semaines » mais que c’était « la routine ». Inquiète, la grande sœur de 29 ans avait contacté les services sociaux. Mais pour le médecin de la famille, la famille n’était pas suspecte de négligence.