En prison, Luka Magnotta recherche son «prince charmant»

FAITS DIVERS Le «dépeceur de Montréal» s'est inscrit à un site de rencontres pour prisonniers...

W.M.

— 

Luca Magnotta
Luca Magnotta — Sipa

Luka Rocco Magnotta veut refaire sa vie avec « un homme fidèle […], financièrement et émotionnellement stable ». Le meurtrier, condamné à la prison à perpétuité pour l’assassinat et le démembrement de l’étudiant Lin Jun en 2012, dispose désormais d’un profil sur un site de rencontres destiné aux prisonniers.

 

Capture d’écran - 20 Minutes

 

Un profil à son nom a été publié dimanche sur le site Canadian Inmates Connect où il dit être à la recherche d’un compagnon à la vie tout à fait ordinaire.

Procès Magnotta : « Il n’y a pas de peine assez lourde pour ce qu’il a fait », dit l’ancien employeur de Jun Lin

« Si vous pensez que vous pouvez être mon prince charmant, envoyez-moi une lettre détaillée et deux photos », y lit-on.

« Demandes sérieuses » uniquement

Magnotta pourrait être libre en 2037. Il se décrit comme un « homme célibataire blanc de 33 ans, qui mesure cinq pieds 11 pouces et pèse 175 livres, et qui a les cheveux foncés et les yeux bleus ». Son adresse postale actuelle est « Institution Archambault, Sainte-Abbe-des-Plaines ».

VIDEO. L’immeuble où vivait Luka Magnotta se cherche une seconde vie

La créatrice du site de rencontre entre prisonniers a confirmé avoir reçu, par l’intermédiaire d’un contact, l’inscription et les frais d’adhésion du « dépeceur de Montréal ». « Demandes sérieuses seulement s’il vous plaît. Toutes les lettres non sollicitées seront rejetées », précise-t-il.

« Honteux et choquant pour les victimes »

Le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, a qualifié dans un communiqué de presse le site Canadian Inmates Connect de « honteux et choquant pour les victimes ». Il a par ailleurs demandé à la responsable de « reconsidérer sérieusement » son choix d’offrir une telle plate-forme à des criminels condamnés.

Le site comporte des profils de détenus pour des raisons multiples, allant du meurtre à la tentative de meurtre en passant par les agressions sexuelles. « Lorsque vous fréquentez le site, vous savez dans quoi vous vous embarquez, et ce, avec n’importe quel prisonnier, a-t-elle lancé. Peu importe la relation qui se développe, qu’elle soit bonne ou mauvaise, je ne suis pas responsable. Je ne suis que l’intermédiaire. »