Terrorisme: Le mois du Ramadan, moment propice aux attentats

VIOLENCES Les djihadistes n'ont pas choisi la date du 26 juin au hasard pour frapper à travers le monde...

F.F.
— 
Des maîtres-nageurs et des sauveteurs  transportent le corps d'une personne tuée dans une fusillade dans la station balnéaire de Sousse, le 26 juin 2015
Des maîtres-nageurs et des sauveteurs transportent le corps d'une personne tuée dans une fusillade dans la station balnéaire de Sousse, le 26 juin 2015 — BECHIR TAIEB AFP

La journée de vendredi, marquée par plusieurs attentats partout dans le monde, a été particulièrement meurtrière. En France, en Tunisie, au Koweït, les terroristes ont frappé fort en ce mois de Ramadan. Un sens du timing qui n’est pas dû au hasard.

Le mois de Ramadan, synonyme de paix et de piété pour les musulmans, est traditionnellement une période à risque pour les attentats. « C’est un classique. Les groupements islamistes ont toujours profité de cette période pour inviter leurs ouailles à massacrer. C’est antinomique, puisque théoriquement, c’est un mois de paix », explique Alain Grignard, islamologue à RTBF.

Si Daesh a appelé récemment à frapper partout où cela se révèle possible, pour faire du Ramadan « un mois de malheur pour les mécréants », ce n’est pas la première organisation terroriste à prendre cette période comme prétexte meurtrier. Le Groupe islamique armé (GIA) algérien, tout comme Al-Qaida, profitait du Ramadan pour lancer des actes terroristes de grande ampleur.

Un plus grand retentissement

« Les islamistes radicaux, qui instrumentalisent certains versets du Coran, considèrent que c’est pendant le ramadan qu’il faut frapper les ennemis et qu’ils iront plus rapidement et bien mieux au paradis d’Allah » en le faisant, indique Frédéric Encel, spécialiste du Moyen-Orient, sur BFM TV. « Le ramadan est considéré par les djihadistes comme le mois du djihad », note Romain Caillet, spécialiste des islamistes, à L’Express.

C’est exactement ce que prône le document sonore de Daesh attribué à Abou Mohamed al-Adnani, porte-parole de l’EI : « Les meilleurs actes qui vous rapprochent de Dieu résident dans le djihad, alors accourez durant ce mois sacré pour envahir [des territoires] et tomber en martyrs, musulmans et djihadistes partout dans le monde, faites en sorte que le ramadan soit un mois de malheurs pour les mécréants. Celui qui est doué de raison doit prendre soin d’être constamment au djihad pendant le ramadan car aucune adoration n’équivaut au djihad. Le djihad pendant le ramadan n’équivaut en rien au djihad dans un autre mois. »

Mathieu Guidère, islamologue, indique également au JDD que le mois du Ramadan marque cette année le premier anniversaire du califat islamique, proclamé par Daesh le 30 juin 2014. Ces attentats « s’inscrivent dans ce que l’Etat islamique appelle le « mois de célébration », qui fête son premier anniversaire. » L’occasion de marquer les esprits.

Car les actes sont censés avoir plus de valeur « religieuse » pour les djihadistes, mais également un plus grand retentissement. D’abord médiatique, mais aussi dans l’horreur. Un des buts du groupe terroriste étant de provoquer le chaos en semant la terreur, commettre des meurtres pendant un mois réservé à la piété et à la paix pour les musulmans ne peut qu’engendrer une plus grande horreur encore. Daesh a fait montre au cours des derniers mois d’une véritable surenchère dans l’effroi.