Présidents français espionnés: Hollande réunit un Conseil de défense après les révélations sur les écoutes par la NSA

POLITIQUE Le président veut «évaluer la nature» des révélations de WikiLeaks...

P.B.
— 
Le Président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls, à la sortie du Conseil des ministres, le 13 mai 2015
Le Président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls, à la sortie du Conseil des ministres, le 13 mai 2015 — ERIC FEFERBERG AFP

Tout le monde s'en doutait, c'est désormais officiel: selon des documents de WikiLeaks relayés par Libération et Médiapart, la NSA a mis sur écoute les trois derniers président français, au moins entre 2006 et 2012. Mardi soir, l'Elysée n'avait pas officiellement réagi mais François Hollande a convoqué un Conseil de défense qui se tiendra à 9h00, mercredi.

«Le président de la République a décidé de réunir mercredi matin à 9H00 un Conseil de défense pour évaluer la nature des informations diffusées par la presse ce mardi soir et en tirer les conclusions utiles», a indiqué l'Elysée à l'AFP.

 

 

«Rappeler l'ambassadeur US»

Si François Hollande reste prudent, d'autres politiques se sont lâchés sur Twitter. Au FN, Marion Maréchal-Le Pen appelle la France à «rappeler son ambassadeur US». Jean-Luc Mélenchon, lui, ironise sur «les bisounours du pro-américanisme primaire» tandis que Michèle Alliot-Marie, qui était ministre des Affaires étrangères sous Sarkozy se montre réaliste: «Nous savions depuis longtemps que les USA avaient les moyens techniques de nous écouter. Nous ne sommes pas naïfs.»