Espionnage de la NSA: Un parfum de scandale et des réactions en cascade

POLITIQUE L'agence américaine a mis sur écoute Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande...

P.B.

— 

L'ex-président Nicolas Sarkozy (g) et le président François Hollande à L'Elysée le 15 mai 2012 à Paris
L'ex-président Nicolas Sarkozy (g) et le président François Hollande à L'Elysée le 15 mai 2012 à Paris — Bertrand Guay AFP
  • Comme Angela Merkel, les trois derniers présidents français ont été mis sur écoute par la NSA entre 2006 et 2012.
  • Les documents de WikiLeaks, publiés par Libération et Médiapart, ne révèlent aucun secret d'Etat.
  • Mais l'affaire secouent la classe politique française, et François Hollande a convoqué un Conseil de défense, mercredi à 9h00.

Ce live nocturne est maintenant terminé. Merci de l'avoir suivi. Pour continuer à suivre les annonces, réactions et révélations sur le scandale, on vous donne rendez-vous par ici...

6h30: «Nous ne ciblons pas les communications de François Hollande», jure le NSC

Le National Security Council apporte des précisions à 20 Minutes: «Nous ne ciblons, et ne ciblerons pas les communications du président Hollande. Nous travaillons main dans la main avec la France sur des dossiers internationaux, et les Français sont des partenaires indispensables», indique son porte-parole, Ned Price, par email. Il emploie cependant le présent, et selon WikiLeaks, la surveillance a eu lieu entre 2006 et 2012.

6h15: Julian Assange promet d'autres révélations

Le leader de WikiLeaks indique dans un communiqué que «les Français ont le droit de savoir que leur gouvernement élu est soumis à la surveillance hostile d'un allié supposé». Surtout, il promet que «d'autres révélations importantes suivront dans un futur proche».

4h30: Les cinq révélations les moins surprenantes

Notre synthèse à lire ici. En bref:

  1. «Sarkozy se voit comme le seul à pouvoir résoudre la crise financière mondiale»
  2. Hollande a rencontré l'opposition allemande à l'insu d'Angela Merkel sur le dossier grec
  3. Nicolas Sarkozy agacé par l'espionnage américain
  4. Chirac et «les remarques importunes ou inexactes» de Douste-Blazy
  5. Une initiative secrète de Sarkozy pour le Proche-Orient

 

2h30: Le point sur le Conseil de défense

C'est à lire ici. Il s'agit d'un Conseil des ministres réduit, auquel participent en général au moins le président, le Premier ministre et les ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères.

1h30: Des «méthodes inacceptable», selon l'entourage de Sarkozy

Interrogé par l'AFP, l'entourage de Nicolas Sarkozy a jugé de son côté qu'il s'agissait de «méthodes inacceptables en règle générale et plus particulièrement entre alliés».

1h10: Marion Maréchal-Le Pen en appelle à «l'honneur de la France»

La député du Vaucluse a une suggestion:

1h05: Le FN suggère d'offrir l'asile politique à Snowden

Le secrétaire général du Front national:

0h50: Michèle Alliot-Marie "pas naïve"

L'ancienne ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy, se montre, comme tout le monde, plutôt réaliste:

 

0h45: Jean-Luc Mélenchon critique «Les bisounours du pro américanisme primaire»

0h30: L'ambassadeur de la France aux Etats-Unis, fataliste:

0h20: Réaction du porte-parole du National Security Council pour 20 Minutes:

La NSA botte en touche et renvoie vers le NSC, l'organe qui conseille le président américain en matière de sécurité. Ned Price, un porte-parole, répond à 20 Minutes avec une déclaration générique: "Nous ne commentons aucune allégation spécifique. En règle générale, nous ne conduisons aucune activité de surveillance du renseignement étranger à moins qu'il y ait une raison valide pour la sécurité nationale. Cela s'applique aux citoyens ordinaires ainsi qu'aux leaders du monde entier." Bref, tout repose sur «à moins d'avoir une raison valide».

0h05: Eva Joly appelle à «défendre la démocratie»

0h05: L'ironie de Jean-Jacques Urvoas

Le député socialiste est le rapporteur du texte de la loi sur le renseignement:

0h00: Le dessin bien vu de WikiLeaks

Voici qui résume la situation:

23h55: Réunion d'urgence à l'Elysée à 9h00

François Hollande va réunir un Conseil de défense mercredi matin pour «évaluer la nature» des informations de Wikileaks, a annoncé mardi soir à l'AFP l'entourage du chef de l'Etat. «Le président de la République a décidé de réunir mercredi matin à 9H00 un Conseil de défense pour évaluer la nature des informations diffusées par la presse et en tirer les conclusions utiles», a indiqué l'Elysée.

23h45: Bonsoir à tous

On démarre un live nocturne car les réactions des politiques français commencent à tomber. On va suive ça toute la nuit et mercredi.