Les nouvelles propositions de la Grèce acceptées par ses créanciers

EUROPE François Hollande a estimé que des améliorations étaient notables dans les propositions d'Athènes pour le règlement de la dette grecque «même si tout n'est pas encore réglé...

20 Minutes avec AFP

— 

Une vente de drapeaux grecs, place Syntagma, à Athènes (Grèce), devant le Parlement grec.
Une vente de drapeaux grecs, place Syntagma, à Athènes (Grèce), devant le Parlement grec. — SIPA

Les créanciers de la Grèce ont accepté les nouvelles propositions d'Athènes comme base de discussion, a déclaré le ministre grec de l'Economie lundi sur la BBC, affirmant s'attendre à «un communiqué très positif» à l'issue du sommet de la zone euro.

«Ils ont accepté que les nouvelles propositions du gouvernement grec constituent un cadre de travail approprié, et avec quelques ajustements qui seront au coeur des discussions dans les jours qui viennent, nous arriverons à une solution technique adéquate», a déclaré Giorgos Stathakis dans l'après-midi à la télévision britannique.

«Nous nous attendons à un communiqué très positif ce soir, qui soulignera aussi les points où les détails techniques devront être résolus dans les quelques jours qui viennent», a ajouté le ministre.

De nouveaux impôts sur les entreprises en prévision

Le contenu exact des nouvelles propositions grecques n'a pas été dévoilé. Mais le Premier ministre Alexis Tsipras a réaffirmé que les «clés d'un accord» avec les créanciers portaient sur le niveau de l'excédent budgétaire primaire, les retraites, le prix de l'électricité et le rétablissement de la «normalité» du droit du travail.

«Il y aura de nouveaux impôts sur les entreprises et les plus riches, et nous épargnerons les retraites et salaires», a encore dit Giorgos Stathakis sur la BBC.

«La ligne rouge est qu'il n'y aura pas de nouvelles coupes dans les retraites et salaires, nous nous attachons à cette idée et je pense que nous offrons des propositions alternatives qui sont jugées acceptables», a-t-il ajouté.

Hollande optimiste

Le président français François Hollande a estimé lundi qu'il y avait «des améliorations» dans les propositions d'Athènes pour le règlement de la dette grecque «même si tout n'est pas encore réglé».

«Je souhaite que le travail fait ces derniers jours entre la Grèce et les institutions (FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne) pose les bases d'un accord qui doit être trouvé le plus vite possible», a déclaré le chef de l'Etat Français à bord de l'avion qui le conduisait à Bruxelles, ajoutant: «Il y a eu des améliorations même si tout n'est pas encore réglé».