Pays-Bas: Les pédiatres réclament une légalisation de l'euthanasie pour les moins de 12 ans

SANTÉ Cinq demandes d’euthanasie opérées sur des mineurs ont été honorées aux Pays-Bas...

20 Minutes avec agences
— 
Illustration hôpital
Illustration hôpital — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Alors que le débat sur la fin de vie continue à faire grand bruit en France, les Néerlandais commenceraient à s’emparer de la question. En effet, l’Association néerlandaise des pédiatres a fait part, ce vendredi, de sa volonté de faire modifier la législation actuelle, notamment en faveur des enfants de moins de 12 ans.

« La capacité de chaque enfant à demander à mourir doit être évaluée au cas par cas »

« Nous estimons qu’une limite d’âge arbitraire comme celle de 12 ans doit être changée et que la capacité de chaque enfant à demander à mourir doit être évaluée au cas par cas », a expliqué Eduard Verhagen, professeur en pédiatrie à l’Université de Groningen et également membre du collectif de praticiens.

Ainsi, aux Pays-Bas, seuls les enfants âgés de 12 ans et plus peuvent demander à être euthanasiés. Par ailleurs, ceux-ci doivent endurer des souffrances intolérables, dues à des maladies incurables, être proche de la mort tout en étant capables d’exprimer leur volonté, avec l’accord de leurs parents. Problème : « Si un enfant de moins de 12 ans remplit les mêmes conditions, les pédiatres sont pour l’instant impuissants », assure le Pr Verhagen pour qui il est « temps de s’attaquer au problème ».

Pourtant, il s’agit souvent de « situations extrêmes », assure Eduard Verhagen. Il explique : « Ce sont des enfants « à l’approche de la mort et dont les parents veulent leur offrir la possibilité de mourir de manière humaine ».

Suivre l’exemple de la Belgique

Pour remédier à cette restriction, les médecins néerlandais recommandent de suivre l’exemple belge. Pour rappel, la Belgique était devenue, en février 2014, le premier pays au monde à prendre la décision d’autoriser les mineurs « en capacité de discernement » à choisir l’euthanasie.

Selon la loi en vigueur en Belgique, le mineur doit se « trouver dans une situation médicale sans issue entraînant le décès à brève échéance », être confronté à une « souffrance physique constante et insupportable ne pouvant être apaisée ».

A l’instar de leur voisin Belge, les pédiatres néerlandais souhaiteraient que les décisions se prennent au cas par cas dans la mesure où l’enfant mineur a démontré une capacité certaine décision avec l’aval de ses parents. Pour ceux qui ne sont pas capables d’exprimer leur volonté, les médecins veulent pouvoir agir à la demande des parents, après l’accord d’une commission médicale, comme c’est le cas pour les nouveau-nés jusqu’à 1 an.

Fin de vie : 86 % des Français favorables à l’euthanasie

Une commission pour examiner la question

Pour l’heure, les pédiatres veulent mettre en place une commission pour continuer à examiner la question avant de rendre un avis officiel au gouvernement. Entre 2002 et 2012, 5 demandes d’euthanasie ont été honorées : un enfant de 12 ans et quatre jeunes de 16 à 17 ans, selon le professeur.