Affaire Atlaoui: Son recours rejeté, que peut encore espérer le Français condamné à mort?

INDONESIE Le recours de ses avocats a été rejeté ce lundi par la justice...

N.Beu.

— 

Serge Atlaoui et son avocate Nancy Yuliana à Jakarta, en Indonésie, le 1er avril 2015.
Serge Atlaoui et son avocate Nancy Yuliana à Jakarta, en Indonésie, le 1er avril 2015. — ROMEO GACAD / AFP

Serge Atlaoui n’entrevoit toujours pas la sortie du couloir de la mort. Ce lundi, la justice indonésienne a rejeté un recours déposé par les avocats du Français, condamné à mort en 2007 pour trafic de drogue. Un coup dur pour sa défense, mais pas forcément un coup fatal.

Justice : Atlaoui aura le choix de mourir « assis ou debout face à 12 tireurs »

La défense d’Atlaoui ne baisse pas les bras

Les avocats du Français et son entourage s’attendaient à la décision de la Cour administrative de Jakarta, qui n’a fait que confirmer celle d’un tribunal de première instance. Ce lundi, ils ne se sont donc pas montrés abattus. « Cela ne signifie pas que le combat est terminé. Avec les avocats de Serge Atlaoui, nous préparons d’autres recours », a ainsi indiqué à 20 Minutes un porte-parole de l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM). Une réaction en écho aux déclarations de Nancy Yuliana, l’avocate indonésienne d’Atlaoui, qui avait dit sa « déception » mais aussitôt annoncé qu’elle allait « trouver d’autres voies de recours » avec ses collègues. La défense du soudeur de 51 ans en dira plus cette semaine, « sans doute mercredi », a indiqué la source contactée par 20 Minutes.

Le gouvernement reste mobilisé

Parallèlement aux efforts judiciaires, le gouvernement tente lui aussi d’obtenir de faire pression sur l’Indonésie pour qu’Atlaoui obtienne un nouveau procès. En avril, déjà, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, avait envoyé une lettre à son homologue indonésien déplorant « de graves dysfonctionnements de la justice indonésienne » dans cette affaire. Le Président Hollande avait, de son côté, mis en garde l’Etat du Sud-Est asiatique contre un refroidissement des relations diplomatiques entre Paris et Jakarta. Les contacts devraient s’intensifier ces prochains jours. « La mobilisation de la diplomatie française est totale pour sauver Serge Atlaoui », a déclaré le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Harlem Désir, sur France 2. « Je veux redire notre détermination à nous battre contre la peine de mort partout dans le monde et, évidemment, sauver la vie de notre compatriote », a-t-il ajouté. « Sur le plan diplomatique, il va y avoir encore des négociations pour faire en sorte qu’il y ait un procès, au fond, équitable, et pas juste sur la forme », a ajouté l’ancienne secrétaire d’Etat au Commerce et à l’Artisanat Carole Delga sur Sud Radio.

Diplomatie : Pourquoi la France aura du mal à faire plier l’Indonésie

L’Indonésie demeure inflexible

Reste que l’Etat indonésien ne montre aucun signe d’ouverture. Le président du pays, Joko Widodo, a fait de la lutte contre le trafic de drogue une priorité absolue et refuse systématiquement toutes les demandes de grâce. Depuis plusieurs semaines, les autorités martèlent en outre que le recours déposé par les avocats d’Atlaoui était le dernier. Ce lundi, le porte-parole du parquet général, Tony Spontana, a « salué bien entendu » la décision de la Cour administrative. « Nous allons devoir examiner ce qui va se passer », a-t-il précisé.

Aucune exécution n’est prévue dans l’immédiat

Si l’espoir est mince dans le camp Atlaoui, aucune date n’a encore été fixée pour son exécution. Ce ne sera en tout cas pas avant un mois, ramadan oblige. « C’est le mois sacré, je crois que ce ne serait pas une sage décision de procéder à des exécutions pendant le ramadan », le mois du jeûne musulman, qui s’achèvera le 17 juillet, a dit Tony Spontana. Serge Atlaoui obtient en quelque sorte un sursis, alors que la perspective d’une troisième liste de condamnés à fusiller cette année avait été évoquée avant le 29 avril et l’exécution de condamnés à mort.