L'Union européenne lance une opération navale contre les passeurs en Méditerrannée

IMMIGRATION Dans un premier temps, les autorités vont mener des opérations de surveillance accrue des réseaux de passeurs...

Vincent Vantighem
— 
Avril 2011. Des immigrés sub-sahariens arrivent dans une embarcation près des cotes de l'île italienne de Lampedusa, en Méditerrannée.
Avril 2011. Des immigrés sub-sahariens arrivent dans une embarcation près des cotes de l'île italienne de Lampedusa, en Méditerrannée. — F. MALAVOLTA/SIPA

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont lancé lundi une mission navale de lutte contre le trafic de migrants en Méditerranée, qui sera limitée dans un premier temps à une surveillance accrue des réseaux de passeurs, a indiqué une porte-parole.

Accord de l'Europe pour une opération en Méditerrannée

Les premiers déploiements de navires, sous-marins, d'avions patrouilleurs et de drones européens sont attendus dans une semaine. La décision a été prise par les chefs de la diplomatie de l'Union européenne à l'ouverture de leur réunion mensuelle à Luxembourg, a indiqué une porte-parole.

Pas d'usage de la force dans les eaux libyennes

L'opération est censée in fine permettre de détruire les embarcations utilisées par les trafiquants au plus près des côtes libyennes, et notamment les «bateaux mères» qui servent à tracter en haute mer des radeaux de fortune chargés de migrants. Mais en l'absence d'une résolution du Conseil de sécurité autorisant l'usage de la force dans les eaux territoriales libyennes, elle sera très limitée à ce stade.

Drame de l'immigration au large de la Libye

«Il s'agira d'écouter, de voir, d'analyser» les activités des trafiquants grâce à l'utilisation de navires militaires, d'avions patrouilleurs maritimes, de drones et de sous-marins, a expliqué une source européenne la semaine dernière. L'idée d'une telle mission est née «il y a exactement deux mois après la mort de 900 personnes» dans le naufrage d'un chalutier chargé de migrants, au large de la Libye à la mi-avril, a rappelé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, en arrivant à la réunion.

«Il fallait une réponse européenne», a-t-elle souligné, en assurant que ce déploiement militaire fait partie d'un ensemble de mesures de l'UE pour répondre à la crise des migrants en Méditerranée. «Je suis impressionnée par l'unanimité et la vitesse avec laquelle nous avons mis ceci en place», s'est félicitée Federica Mogherini.