Menaces de mort contre le chef de l'Eglise italienne

RELIGION Il a reçu une lettre contenant trois balles. La police s'inquiète...

— 

Le chef de l'Eglise italienne, Mgr Angelo Bagnasco, a reçu une nouvelle lettre contenant trois balles et des menaces de mort, après un courrier semblable reçu en avril dernier, a indiqué dimanche l'agence italienne Ansa.

Mgr Bagnasco, chef des évêques italiens et archevêque de Gênes, avait déjà été placé sous protection policière début avril après la découverte d'un graffiti hostile sur le portail de la cathédrale de cette ville du nord-ouest de l'Italie.

«Nous pensons que cette enveloppe pourrait être l'oeuvre d'un mythomane. Nous enquêtons mais nous pensons que cette nouvelle menace ne représente pas une escalade dans l'intimidation», a déclaré le préfet de police de Gênes, Salvatore Presenti, selon la même source.

Mgr Bagnasco est critiqué par la frange laïque de la société italienne en raison de sa forte opposition au Dico, un projet de loi préparé par le gouvernement de gauche de Romano Prodi, et prévoyant la reconnaissance des unions de fait, hétérosexuelles et homosexuelles.

Le haut prélat s'est dit «tranquille» dimanche matin à l'issue de la prière de l'Angélus qu'il a célébrée à Gênes et au cours de laquelle, dans une sorte d'allusion aux menaces, il avait affirmé que «dans les moments difficiles il faut prier».