Les journalistes palestiniens mécontents après l'action d'un commando armé

PROCHE-ORIENT Quatre combattants armés ont maquillé leur voiture en véhicule de télévision...

— 

Reuters

Le syndicat des journalistes palestiniens a dénoncé dimanche l'utilisation d'une voiture qui avait été maquillée samedi en véhicule de presse par des groupes armés pour s'infiltrer en territoire israélien. «Nous rejetons l'utilisation et l'implication des journalistes dans tout conflit et nous demandons à tout le monde de cesser d'utiliser ces moyens ou le terme de Presse pour toute action qui n'a pas de lien avec le journalisme», affirme le syndicat dans un communiqué. «L'utilisation d'une voiture sur laquelle est inscrit le signe de presse met en danger la vie des journalistes et fournit une excuse aux forces d'occupation pour les viser et les tuer. Ces méthodes portent atteinte à la liberté de travail des journalistes», souligne aussi le communiqué.

Le porte-parole du Jihad islamique a toutefois nié que le groupe ait placé des écriteaux «presse» et «TV» sur la voiture utilisée. «Les Brigades al-Quds ont utilisé une jeep blindée semblable aux jeeps blindées militaires utilisées par les services de renseignements sionistes», a affirmé Abou Ahmed, accusant l'armée d'avoir maquillée elle-même le véhicule en voiture de journalistes et d'avoir ensuite diffusé des photos.

Quatre combattants palestiniens, deux des Brigades Al-Quds du groupe radical Jihad islamique et deux des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, liées au parti Fatah, ont attaqué samedi une position militaire près du point de passage de Kissoufim (centre de la bande de Gaza). Selon l'armée israélienne, il s'agissait pour les assaillants de capturer un soldat israélien.