VIDEO. Al-Qaida: La Libye annonce la mort du chef djihadiste Mokhtar Belmokhtar

TERRORISME Belmokhtar aurait été tué par une frappe aérienne américaine…

M.C. avec AFP

— 

Photo non datée le 24 mai 2012 diffusée par le site d'information d'Alakhbar Mokhtar Belmokhtar dans un lieu non identifié
Photo non datée le 24 mai 2012 diffusée par le site d'information d'Alakhbar Mokhtar Belmokhtar dans un lieu non identifié — HO ALAKHBAR.INFO

Il était notamment à l’origine de l’enlèvement de deux Français au Niger en 2011 et de l’attaque sanglante dans l’est de l’Algérie en janvier 2013. Le chef djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, lié à Al-Qaida, a été tué par une frappe aérienne américaine en Libye, a annoncé dimanche soir le gouvernement libyen installé à Tobrouk, reconnu par la communauté internationale.

Le Pentagone a indiqué à Washington que le djihadiste Belmokhtar avait bien été la cible d’une frappe américaine mais n’a pas confirmé sa mort. « Nous continuons à évaluer les résultats de l’opération et fournirons plus de précisions de manière appropriée », a déclaré dans un communiqué le colonel Steve Warren, porte-parole du Pentagone.

>> Qui se cache derrière Mokhtar Belmokhtar, le « gangster djihadiste » ?

« Des avions américains ont mené une opération qui a abouti à la mort de Mokhtar Belmokhtar et d’un groupe de Libyens appartenant à une organisation terroriste dans l’est de la Libye », a indiqué le gouvernement intérimaire dans un communiqué posté sur sa page Facebook. La frappe a eu lieu « après consultation avec le gouvernement intérimaire libyen », ajoute le communiqué.

Quelques heures plus tôt, le Pentagone avait indiqué que l’armée américaine avait mené une frappe dans la nuit de samedi à dimanche contre une cible « terroriste liée à Al-Qaïda » en Libye. Aucun détail supplémentaire n’avait été communiqué par le porte-parole du Pentagone, Steve Warren, au sujet de cette opération dans une région où Washington a déployé des drones par le passé.

L’agence libyenne Lana, citant un responsable du gouvernement reconnu par la communauté internationale, précise que « la frappe de l’armée de l’air américaine a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans une ferme (…) à Ajdabiya, à 160 km à l’ouest de Benghazi, chef lieu de l’Est libyen, où Belmokhtar tenait une réunion avec d’autres chefs de groupes extrémistes, dont des membres d’Ansar Asharia », une organisation classée terroriste par l’ONU.

La Libye, déchirée par des combats entre milices, compte deux gouvernements

Mokhtar Belmokhtar avait réaffirmé mi-mai la loyauté de son groupe, Al-Mourabitoune, à Al-Qaida et démenti l’allégeance à l’Etat islamique (EI) proclamée par un autre dirigeant, laissant présager une sérieuse discorde dans la hiérarchie du mouvement.

Plongé dans le chaos depuis la chute en 2011 de l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi, la Libye est déchirée par des combats entre milices lourdement armées, et le pays compte actuellement deux gouvernements -et Parlements- rivaux : l’un, reconnu par la communauté internationale, qui siège à Tobrouk, dans l’est du pays, l’autre à Tripoli sous contrôle de Fajr Libya, une coalition de milices.

Des groupes djihadistes ont profité de ce chaos, notamment le groupe Etat islamique qui s’est implanté l’an dernier en Libye et qui a annoncé le 9 juin avoir pris la ville de Syrte (450 km à l’est de Tripoli) ainsi qu’une centrale thermique voisine.