Pas d'accord chiffré sur le climat au G8

Catherine Fournier

— 

Le Giec se réunit pour la troisième du 30 avril au 4 mai, à Bangkok. Objectif: réfléchir aux moyens d'enrayer le réchauffement climatique.
Le Giec se réunit pour la troisième du 30 avril au 4 mai, à Bangkok. Objectif: réfléchir aux moyens d'enrayer le réchauffement climatique. — Reuters

Nicolas Sarkozy affirmait mardi préférer «pas d’accord à un mauvais accord» sur le climat. C’est pourtant ce qui semble avoir eu lieu ce jeudi au sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne. Malgré l’engagement du président français et les promesses d’Angela Merkel, le conclave annuel des huit pays les plus industrialisés a comme prévu accouché d’un accord a minima et sans contrainte sur le climat.

Objectif chiffré seulement «envisagé»

Alors que les premières déclarations de la chancelière allemande avaient laissé entendre qu’un accord avait été trouvé sur l’objectif de réduire de 50% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050, le texte du communiqué final souligne seulement que «les émissions doivent cesser d'augmenter et ensuite être réduites de façon substantielle».

L’objectif chiffré est seulement «envisagé» : «Nous nous sommes mis d'accord aujourd'hui, en incluant tous les principaux émetteurs (de gaz à effet de serre), pour envisager sérieusement les décisions prises par l'Union européenne, le Canada et le Japon qui prévoient une réduction d'au moins de moitié des émissions globales (de gaz à effet de serre) d'ici 2050», précise le texte.

Angela Merkel, qui préside la rencontre, a toutefois parlé devant la presse de «grand succès». «De nombreux pays ont évolué», a-t-elle fait valoir, dans une allusion aux Etats-Unis, hostiles à tout engagement contraignant et chiffré.

De fait, ces derniers sont passés d'une position «non négociable» à la volonté de «prendre en compte sérieusement» cet objectif chiffré, ce qui a conduit Nicolas Sarkozy à évoquer un accord «assez inespéré». Il constitue l'engagement le plus ferme jamais pris par les Etats-Unis dans la limitation des émissions polluantes.

Prochain protocole de Kyoto

Une maigre consolation pour Greenpeace, qui déplore «une occasion historique ratée». L’organisation se félicite tout de même que les Nations Unies aient été reconnues comme le cadre pertinent pour les négociations sur le climat. Elle espère qu’un objectif de réduction de 30% des gaz à effet de serre d’ici à 2020 sera retenu pour le prochain protocole de Kyoto.

Les Etats du forum se sont «clairement engagés» à poursuivre le processus engagé sous les auspices de l'ONU contre le réchauffement planétaire, pour la période qui viendra après l'expiration de l'actuel protocole en 2012.

Le compromis de Heiligendamm constitue un «signal fort» dans la perspective de la conférence des Nations Unies qui se tiendra à Bali (Indonésie) en décembre sur les suites à donner au protocole de Kyoto, s'est félicité la chancelière. Le G8 s'est également mis d'accord pour achever la négociation de Bali «en 2009». Il y aura «un début clair» et «une fin claire» en 2009, a conclu Angela Merkel.