Les alters au rendez-vous du G8

avec AFP

— 

Ambiance tendue au G8 aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. La police a utilisé mercredi des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour repousser des manifestants qui s'approchaient de la barrière de sécurité entourant le site du sommet du G8 à Heiligendamm (nord-est), a annoncé un porte-parole de la police.

Depuis le début de la matinée, des milliers de manifestants altermondialistes affluaient autour du site pour bloquer les routes d’accès au site où doit commencer mercredi soir le sommet.

Samedi et dimanche déjà, les manifestations des aters avaient dégénérés. Plus de 500 personnes avaient été blessées.

Manifestations et blocages


Après s'être rassemblés à Admannshagen, à six kilomètres au sud d'Heiligendamm, près de 5.500 manifestants se dirigeaient mercredi midi vers la barrière de sécurité entourant le site du G8, dont les abords directs leur sont interdits d'accès.

Un deuxième rassemblement avait lieu à Reddelich, à une dizaine de kilomètres au sud-est du site du sommet. Un groupe de manifestants a essayé d'échapper au contrôle de la police, se lançant dans une course-poursuite avec les forces de l'ordre à travers une forêt. Ils ont ensuite jeté des branches sur une route pour tenter de bloquer le passage des policiers. Une dizaine d'hélicoptères sont intervenus.

A Evershagen, dans la banlieue nord-ouest de Rostock, un groupe de manifestants a bloqué dans la matinée une route à quatre voies, empêchant une cinquantaine de véhicules d'avancer sur une centaine de mètres, selon l'AFP.

Comité d’accueil

Une trentaine d'actions sont encore prévues, notamment autour de l'aéroport de Rostock-Laage où sont attendus les chefs d'Etat et de gouvernement au cours de la journée, selon la police. Mardi soir déjà, le président américain George W. Bush, y avait été accueilli par plus de 500 manifestants, tenus à l'écart par un important dispositif de sécurité.