Naufrage en Chine: Plus d'espoir de retrouver des survivants, colère des familles

MONDE Une pétition des familles a commencé à circuler sur les réseaux sociaux, exigeant des excuses des dirigeants du pays, une enquête auprès de l'entreprise propriétaire du navire et des agences de tourisme impliquées, réclamant des indemnisations aux familles, et en appelant à la peine de mort pour le capitaine...

B.D. avec AFP

— 

Des grues redressent le navire Etoile de l'Orient dans le fleuve Yangtze à Jianli le 5 juin 2015
Des grues redressent le navire Etoile de l'Orient dans le fleuve Yangtze à Jianli le 5 juin 2015 — STR AFP

Plus d'espoir de retrouver des survivants, après le naufrage de l'Etoile de l'Orient, lundi dans le Yangtsé avec 456 personnes à bord. Si les autorités chinoises ont admis cet état de fait ce vendredi, elles devront répondre à la colère de nombreuses familles qui réclament des explications.

A Jianli, l'épave du navire de 76 mètres de long et de 2.200 tonnes, qui avait chaviré quille en l'air, a été remise d'aplomb dans la nuit de jeudi à ce vendredi, à l'aide de deux puissantes grues, mais restait à demi immergé, avec deux ponts hors de l'eau.

Naufrage le plus meurtrier en Chine depuis près de 70 ans

Un porte-parole du ministère chinois des Transports, Xu Chengguang, a semblé écarter tout espoir de trouver de nouveaux survivants, assurant que l'opération de redressement du navire avait été décidée «sur la base de l'opinion générale qu'il n'y avait plus de possibilité de survie» dans l'épave et que «les chances de retrouver des survivants (étaient) de plus en plus minces». Il a ajouté que la prochaine phase des opérations serait de remettre complètement à flot le navire et d'en fouiller l'intérieur.

A la mi-journée, le bilan s'établissait à 97 corps retrouvés et 14 survivants et 345 disparus. Beaucoup des passagers étaient des retraités et des personnes âgées. Si aucun nouveau survivant n'était retrouvé, le bilan final de la catastrophe s'établirait à un chiffre historique, faisant du naufrage de l'Étoile de l'Orient l'accident de navigation le plus meurtrier en Chine depuis près de 70 ans, selon la presse officielle.

«Prendre soin des familles»

Le président chinois Xi Jinping a dirigé jeudi une réunion extraordinaire du comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois (PCC), la plus haute instance dirigeante du pays, qui s'est engagé notamment à «prendre soin des familles» et a promis la publication d'informations «transparentes, précises et rapides» issues de l'enquête.

Plus de 1.200 proches des victimes sont arrivés dans la petite ville de Jianli, selon la télévision chinoise, un rassemblement qui pose un défi aux autorités et aux forces de l'ordre en raison du vif mécontentement de nombreuses familles sur la gestion de la tragédie. Les premiers détails ont émergé vendredi sur les circonstances dans lesquelles le capitaine, Zhang Shunwen, 52 ans, toujours aux mains de la police pour les besoins de l'enquête, a survécu au drame.

Le capitaine, «employé modèle» de sa compagnie

Selon le China Daily, il a été repêché par un patrouilleur «deux heures après» le naufrage dans les eaux du Yangtsé, survenu vers 23h30 lundi, avec son chef-mécanicien. La question est ouvertement posée par les familles de savoir si ce capitaine, avec 35 ans d'expérience et récompensé l'an dernier du titre d'«employé modèle» de sa compagnie, la Chongqing Eastern Shipping Corp., a abandonné son navire et failli à son éthique professionnelle.

Un haut responsable de l'entreprise, cité par la presse officielle, n'a pas exclu, en attendant les résultats de l'enquête, que les deux hommes aient été éjectés dans l'eau quand le bateau s'est retourné, le drame s'étant produit selon eux en moins de deux minutes lors du passage d'une tornade. Autre question: pourquoi n'a-t-il pas cherché à se mettre à l'abri, à l'instar d'autres navires?

«Ils n'en ont pas eu le temps. Le GPS montre que le bateau a essayé de faire demi-tour, probablement en raison des conditions météo. Mais toute manoeuvre est difficile en un temps aussi court», a répondu le vice-président de l'entreprise, Wang Jianhua, cité ce vendredi par le quotidien Global Times.

Pétition

Une pétition des familles a commencé à circuler sur les réseaux sociaux, exigeant des excuses des dirigeants du pays, une enquête auprès de l'entreprise propriétaire du navire et des agences de tourisme impliquées, réclamant des indemnisations aux familles, et en appelant à la peine de mort pour le capitaine.

A Jianli, beaucoup d'habitants ont pris leur journée pour se joindre aux milliers de volontaires qui aident les familles, offrant de les transporter gratuitement dans leurs véhicules ornés d'un ruban jaune. Dans la nuit, des centaines de proches des passagers se sont retrouvés au bord du fleuve et ont allumé des bougies à la mémoire des disparus. L'accès au site de l'épave restait sévèrement contrôlé.