Sécurité dans les aéroports: Un test révèle de graves failles aux Etats-Unis

SÉCURITÉ Des agents ont introduit des armes ou des bombes factices dans les zones sécurisées de plusieurs aéroports...

C.C.M

— 

Avion de la compagnie JetBlue à Mobile aux Etats-Unis le 8 avril 2013
Avion de la compagnie JetBlue à Mobile aux Etats-Unis le 8 avril 2013 — Matthew Hinton AFP

Si les mesures de sécurité dans les aéroports américains sont contraignantes, elles ne sont pas pour autant efficaces. C’est en tout cas ce que montre des tests menés par l’Agence de sécurité des transports (TSA) et rapportés par le Figaro.

La méthode : des agents sous couverture ont tenté de passer les points de contrôle de plusieurs aéroports américains avec des objets interdits dans les zones sécurisées. Sur 70 tentatives, ils ont réussi à introduire à 67 reprises des armes ou des explosifs factices. Dans un cas précis, la chaîne ABC News rapporte qu’un agent fait sonner le détecteur de métaux, mais les officiers de la TSA qui ont procédé à la palpation n’ont pas localisé l’explosif factice qui était scotché dans son dos.

Le directeur par intérim de la TSA licencié

Informé, le ministre américain de la Sécurité intérieure Jeh Johnson à déclarer prendre « ces conclusions très au sérieux ». Il n’a pas précisé la date ni les lieux de ces tests, et n’a pas confirmé la teneur des failles détaillées dans la presse américaine, estimant que ce serait « imprudent de les décrire publiquement ».

Le ministre a également donné ses directives au nouveau responsable par intérim afin de faire réviser les procédures de contrôle. Il a notamment ordonné une « formation intensive » pour tous les agents de sécurité et leurs supérieurs, la « réévaluation des équipements » et « l’étude de nouvelles technologies ». Enfin, il a réclamé la poursuite des « contrôles aléatoires », soulignant que la TSA avait contrôlé l’an dernier « un nombre record de passagers » et saisi « un nombre record d’objets prohibés ».

Autre conséquence de ces tests, le directeur par intérim de la TSA a été débarqué dans la foulée. Jeh Johnson a exhorté le Sénat à accélérer la nomination de son successeur, le vice-amiral Pete Neffenger, choisi récemment par le président Barack Obama.

Des tests similaires en 2003

Comme le rappelle le Figaro, un enquêteur avait mené un test similaire en 2003 à l’aéroport de Newark dans le New Jersey. L’agent avait passé l’ensemble des points de contrôle, dont des détecteurs de métaux et la fouille au corps, avec une bombe factice cachée sur lui. A cette époque, la TSA avait précisé que des tests étaient menés chaque semaine dans tous les Etats-Unis. Ces contrôles intervenaient après un investissement de 540 millions de dollars pour les systèmes de scan des bagages et 11 millions de dollars dans l’entraînement des agents de sécurité.