Irak: 470 corps exhumés dans les fosses communes de Tikrit

MONDE Daesh est accusé d’y avoir massacré des centaines de recrues…

A.Ch. avec AFP

— 

Des sacs contenant les corps de recrues chiites qui auraient été massacrées en 2014 par le groupe EI sont enetreposés sur la base militaire Speicher à Tikrit, en Irak, le 12 avril 2015
Des sacs contenant les corps de recrues chiites qui auraient été massacrées en 2014 par le groupe EI sont enetreposés sur la base militaire Speicher à Tikrit, en Irak, le 12 avril 2015 — Ahmad al-Rubaye AFP

Près de deux mois après avoir repris la ville de Tikrit, les autorités irakiennes ont fait une macabre découverte: elles ont annoncé jeudi que 470 corps avaient été découverts dans quatre fosses communes dans les environs de cette ville située au nord de Bagdad. Il s’agit des corps des victimes du massacre de Tikrit, ou massacre de la base Speicher, qui a eu lieu après la prise de la ville irakienne par Daesh en juin 2014. Les 470 dépouilles répertoriées «ont été exhumées sur quatre sites, dont l'un contenait 400 corps», a indiqué Ziad Ali Abbas, médecin en chef de la principale morgue de Bagdad.

Identification des corps en cours

«Nous avons exhumé les corps de 470 martyrs de Speicher», a déclaré devant la presse la ministre de la Santé, Adila Hammoud, en précisant que ce chiffre n'était pas définitif car «les fouilles continuent». Sous la pression des familles des disparus, les autorités irakiennes ont commencé à fouiller les sites après la reprise le 31 mars de Tikrit. Des experts étrangers dont la Croix Rouge internationale participent à l'identification des victimes. Les autorités prévoient de communiquer la semaine prochaine les premières listes de noms des victimes identifiées. «C'est un travail compliqué en raison du nombre important» de disparus, a précisé Adila Hammoud.

Jusqu’à 1.700 morts

En juin 2014, des combattants de tribus sunnites avaient enlevé des centaines de jeunes militaires irakiens rassemblées dans le camp militaire de Speicher, à la limite nord de Tikrit. Ils les avaient ensuite exécutés un par un, selon des images de propagande diffusées par Daesh, qui avaient provoqué l'effroi et la colère au sein de la communauté chiite.

Certains corps avaient été jetés dans le fleuve Tigre, qui traverse Tikrit, tandis que la plupart étaient enterrés dans des fosses communes aux alentours. Selon les estimations, le «massacre de Speicher» aurait fait jusqu'à 1.700 morts, ce qui en fait l'un des actes les plus atroces commis par Daesh.