Canada: 7.000 personnes évacuées à cause des feux de forêts

SOCIETE Vingt foyers sont « hors de contrôle » et avancent à moins de 20 kilomètres de sites pétroliers ou de maisons…

20 Minutes avec agences
— 
Vue en date du 1er avril 2015 de l'exploitation des sables bitumeux de Fort McMurray à Alberta
Vue en date du 1er avril 2015 de l'exploitation des sables bitumeux de Fort McMurray à Alberta — Clement Sabourin AFP

Dans la province de l’Alberta, à l’ouest du Canada, c’est au cours du week-end que les feux de forêts se sont multipliés, alimentés par les vents forts. Plus de 1.600 pompiers aidés d’avions bombardier d’eau et d’hélicoptères tentaient encore, ce mardi, de contenir 70 foyers différents, parmi lesquels 55 auraient été déclenchés par la foudre.

Déjà aidé par des pompiers et matériels de l’Ontario (centre) et du Québec (est), le gouvernement albertain envisage de faire appel à des renforts aux Etats-Unis et au Mexique pour tenter d’endiguer ces feux, dont 20 sont « hors de contrôle » et avancent à moins de 20 kilomètres de sites pétroliers ou de maisons, a expliqué Oneil Carlier, ministre provincial de la Forêt.

Une baisse de production de 233 000 barils de pétrole par jour

Alors ce lundi déjà, les compagnies pétrolières Canadian natural resources et Cenovus avaient fermé leurs sites d’exploitation des sables bitumineux dans la région de Cold Lake (300 km au nord-est d’Edmonton). Ces deux entreprises avaient procédé à l’évacuation de leurs personnels, principalement par voie aérienne, dont 1.800 pour la seule compagnie Cenovus, car les incendies menacent de couper la route d’accès aux champs pétrolifères.

Si aucun des deux sites n’est directement menacé, en revanche la remise en marche des installations et le retour des employés ne sont pas envisagés à ce stade. Et au total, l’arrêt de l’exploitation provoque une baisse de production de 233.000 barils de pétrole par jour, soit 10% de la production des sables bitumineux de l’Alberta, avait indiqué lundi le gouvernement.

La province placée sous alerte maximum

Près de 5.000 personnes ont également été évacuées de la région de Wabasca, à 300 km au nord d’Edmonton, et acheminés dans des centres d’hébergement, selon le gouvernement.

 

La province de l’Alberta restait, ce mardi, placée sous alerte maximum pour le départ de feux. Alors qu’un temps chaud et sec est prévu cette semaine, les averses orageuses annoncées ne seront, elles, selon les autorités, « pas assez abondantes pour éteindre ces feux ravageurs ».