Cindy Sheehan quitte son champ de bataille pour sa vie d'avant

©2007 20 minutes

— 

Elle en a terminé avec sa guerre. Dans une lettre publiée lundi sur le site Internet dailykos.com, Cindy Sheehan tire sa révérence et quitte la troupe des opposants à la guerre en Irak. Le titre de sa missive « Bon débarras racoleuse » rappelle les torrents d'insultes auxquels elle a dû faire face de la part du camp des proguerre. Trois années de combat pacifiste auront usé cette mère de quatre enfants, âgée de 49 ans, qui écrit : « Je vais rentrer à la maison, être une mère pour mes enfants en vie et tenter de regagner ce que j'ai perdu. »

Il y a longtemps, Cindy Sheehan vivait à Vacaville, petite bourgade tranquille de l'Etat de Californie. Rien ne la destinait à devenir celle dont l'Amérique se souviendra comme d'une pasionaria opposée à une guerre qui, depuis mars 2003, a coûté la vie à près de 4 000 soldats, selon un décompte effectué par l'AFP. Durant ce seul mois de mai, le plus meurtrier depuis novembre 2004, 119 soldats sont décédés. C'est avec la mort de son fils aîné, Casey Sheehan, le 4 avril 2004, cinq jours après être arrivé en Irak, que le destin de Cindy Sheehan bascule. A l'été 2005, elle plante sa tente devant Crawford, le ranch du président George W. Bush pour lui demander des comptes. Elle n'en bougera plus ou presque, le poursuivant à travers l'Amérique d'une colère froide. Un divorce et beaucoup d'amertume plus tard, elle rentre chez elle, persuadée que « Casey est vraiment mort pour rien ».