Litvinenko, victime des services britanniques ?

©2007 20 minutes

— 

Nouvelles révélations dans l'affaire d'Alexandre (Sacha) Litvinenko, l'ex-espion russe assassiné au plutonium en novembre dernier ? Le principal suspect, le Russe Andreï Lougovoï, dont Londres demande l'extradition, a affirmé hier à Moscou, que les services secrets britanniques étaient impliqués dans son empoisonnement.

« Si ce n'est pas les services spéciaux qui l'ont tué, alors cela s'est fait sous leur contrôle ou avec leur complaisance », a assuré Lougovoï, lui aussi ancien collaborateur du FSB (ex-KGB), avant d'ajouter que Litvinenko avait été recruté par les services britanniques mais avait « échappé à leur contrôle » et « c'est pour cela qu'on l'a supprimé ». Le ministère britannique des Affaires étrangères a refusé de commenter ces déclarations, soulignant qu'il s'agissait d'une « affaire criminelle » et non d'espionnage. Quant à Boris Berezovski, ancienne éminence grise du Kremlin, exilé en Grande-Bretagne aux côtés de Litvinenko, pour lui, plus de doutes possibles. « Après la conférence de presse d'Andreï Lougovoï à Moscou ce matin, il est plus clair que jamais que le Kremlin est derrière le meurtre d'Alexandre Litvinenko », a-t-il déclaré hier.

Poutine L'essai, mardi, d'un nouveau missile intercontinental russe est une « réponse » au bouclier antimissile américain en Europe, a clairement laissé entendre hier le président russe. Vladimir Poutine a aussi dénoncé l'attitude des Etats-Unis et leurs tentatives de « diktat » et d'« impérialisme » dans les affaires internationales.