«Salut, dictateur !», dit Jean-Claude Juncker à Viktor Orban

MONDE Les journalistes qui couvraient l'arrivée des dirigeants européens au sommet n'ont pas entendu la réponse du Premier ministre populiste hongrois...

20 Minutes avec AFP

— 

Viktor Orban, Premier ministre hongrois, s'exprime devant le Parlement européen à Strasbourg, le 19 mai 2015
Viktor Orban, Premier ministre hongrois, s'exprime devant le Parlement européen à Strasbourg, le 19 mai 2015 — FREDERICK FLORIN AFP

«Salut, dictateur !» : c'est ainsi que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a accueilli vendredi au sommet de Riga le Premier ministre populiste hongrois Viktor Orban, selon un photographe de l'AFP.

Les journalistes qui couvraient l'arrivée des dirigeants des 28 pays de l'UE au sommet n'ont pas entendu la réponse de Viktor Orban, qui a gardé le sourire. Mais par la suite, le porte-parole du dirigeant hongrois, Bertalan Havasi, a indiqué à l'AFP que Viktor Orban avait dit «Salut grand-duc», faisant allusion à la patrie de son hôte, le Grand-Duché de Luxembourg. Cela fait des années que Viktor Orban s'adresse ainsi à Jean-Claude Juncker, a-t-il précisé.

Ce dernier, visiblement d'excellente humeur, a accueilli les participants par différents gestes amicaux. Il a apparemment proposé au Premier ministre grec Alexis Tsipras, arrivé sans cravate, de lui prêter la sienne.

«Dérive autocratique»

Viktor Orban est souvent critiqué pour ce que ses adversaires, tel l'ancien commissaire européen Louis Michel, qualifient de «dérive autocratique».

Depuis son arrivée au pouvoir en 2010, il a engagé des réformes profondes de la justice, des médias et de l'économie, qui ont été jugées liberticides par l'opposition et largement critiquées à l'étranger.

Il a suggéré dernièrement de rouvrir le débat sur la peine de mort, abolie en 1990 en Hongrie et interdite dans l'UE, déclenchant un tollé au sein de l'Union.