Disparues depuis 1989, des sculptures de la chancellerie d'Hitler retrouvées

FAITS DIVERS Il s'agit d'oeuvres en bronze et en granit de Joseph Thorak et d'Arno Breker, deux des artistes favoris du «Führer»...

20 Minutes avec AFP

— 

Adolf Hitler à Nuremberg en 1935
Adolf Hitler à Nuremberg en 1935 — Rex Features/REX/SIPA

Des sculptures monumentales qui étaient destinées à orner la chancellerie d'Adolf Hitler ont été retrouvées, alors qu'on avait perdu leur trace depuis 1989, a-t-on appris auprès de la police allemande.

Ces oeuvres en bronze et en granit de Joseph Thorak et d'Arno Breker, deux des artistes favoris du «Führer», se trouvent au coeur d'une enquête pour recel illégal de biens fédéraux qui a donné lieu mercredi à dix perquisitions dans différents Etats régionaux d'Allemagne, a précisé la police dans un communiqué. La police a identifié huit suspects, âgés entre 64 et 79 ans, susceptibles d'avoir «été en possession des oeuvres ou d'avoir négocié leur revente».

Ces sculptures et bas-reliefs «avaient à l'origine été exécutés pour le compte du Troisième Reich pour ce qui devait devenir la nouvelle chancellerie à Berlin», ont souligné les enquêteurs, selon lesquels «après la guerre, les oeuvres d'art se sont retrouvées dans l'enceinte d'une caserne à Eberswalde», à une trentaine de kilomètres au nord-est de Berlin, en Allemagne de l'Est.

Qui en est le propriétaire légitime?

Selon le journal Bild, les oeuvres retrouvées sont notamment des chevaux monumentaux sculptés par Joseph Thorak qui, après guerre, avaient été installés autour d'un terrain de sport de la caserne d'Eberswalde, utilisée par l'armée soviétique. Ces chevaux ont été retrouvés dans un hangar à Bad Dürkheim (sud-ouest). Les oeuvres avaient «disparu en 1989 de manière inexpliquée à ce jour», d'après la police.

Selon Bild, l'avenir de ces sculptures est aujourd'hui incertain car il faut déterminer qui en est le propriétaire légitime. «Alors que les historiens d'art partent du principe qu'elles appartiennent à la République fédérale d'Allemagne, en tant qu'Etat ayant succédé au Troisième Reich et à la RDA, les héritiers de Joseph Thorak pourraient prétendre à les récupérer», écrit le journal.