VIDEO. Turquie: Une balle dans la tête pour avoir participé à un concours musical

MONDE Une partie de la famille de la jeune femme de 19 ans était très hostile à sa démarche...

20 Minutes avec AFP

— 

capture d'écran de la prestation de Mutlu Kaya au show télévisé turc.
capture d'écran de la prestation de Mutlu Kaya au show télévisé turc. — 20 Minutes

Une jeune femme kurde de Turquie âgée de 19 ans qui s'était illustrée par sa voix dans un concours à la télévision turque, a été grièvement blessé par balle par un assaillant dans sa ville d'Ergani (sud-est), rapporte mardi la presse turque.

La police a arrêté tard lundi trois hommes, dont son petit ami, Veysi E. (26 ans) en lien avec cette affaire qui a ému la Turquie, a rapporté l'agence de presse Dogan.

La jeune femme aurait reçu d'après la presse des menaces de morts car sa participation au show, Sesi Cok Güzel, l'équivalent turc de l'émission américaine «American idol» qui vise à révéler des stars de la chanson, ne plaisait pas à tout le monde notamment à une partie de sa famille qui y était très hostile. Veysi E a rejeté les accusation portées à son encontre, admettant être «opposé à une participation de Mutlu Kaya à l'émission» mais affirmant ne pas avoir voulu la tuer.

Transportée d'urgence

Mutlu Kaya était dans le jardin de sa maison d'Ergani, petite ville de la province de Diyarbakir, la «capitale» du Kurdistan turc, lorsque le tireur a agi, la blessant à la tête.

Elle a été transporté d'urgence dans un état critique dans un hôpital de Diyarbakir et ses médecins doivent décider dans les jours qui suivent si elle peut être opérée ou pas, selon l'agence Dogan. Son père, Mehmet Kaya, a espéré que sa fille s'en sorte.

Le sud-est turc, peuplé majoritairement de kurdes, est encore régi par des tradition féodales conservatrices. Participer à une telle émission de télévision est généralement mal vu par la famille et les proches d'une femme dont on attend qu'elle se conforme à l'image traditionnelle.

La violence contre les femmes n'a cessé d'augmenter ces dernières années en Turquie, devenant un véritable fléau social.