Burundi: Les Etats-Unis demandent à leurs ressortissants de quitter le pays au plus vite

COUP D'ETAT Dans un communiqué, le département d'Etat indique avoir ordonné à tout le personnel américain non essentiel et aux membres de leurs familles de quitter le Burundi dès jeudi…

20 Minutes avec AFP

— 

Des affrontements se sont produits entre les manifestants et la police, dimanche 26 avril 2015 à Bujumbura, au Burundi.
Des affrontements se sont produits entre les manifestants et la police, dimanche 26 avril 2015 à Bujumbura, au Burundi. — AFP

Les Etats-Unis ont demandé jeudi à leurs ressortissants au Burundi de quitter le pays le plus tôt possible, après l'échec de la tentative de coup d'Etat contre le président Pierre Nkurunziza.

Dans un communiqué, le département d'Etat indique avoir ordonné à tout le personnel américain non essentiel et aux membres de leurs familles de quitter le Burundi dès jeudi. Le communiqué demande aux citoyens américains de ne pas se rendre au Burundi, et appelle les Américains qui s'y trouvent à «quitter le pays dès qu'ils en ont la possibilité».

L’état de la sécurité «se dégrade»

«Les citoyens américains doivent rester sur place dans un lieu sûr jusqu'à ce qu'il leur soit possible de se déplacer en toute sécurité», indique le département d'Etat. Il souligne que l'état de la sécurité «se dégrade» dans le pays et met notamment en garde contre tout déplacement hors de Bujumbura à la nuit tombée.

Le communiqué conseille également aux Américans de «s'assurer que leurs documents de voyage sont à jour et que les frontières aériennes et terrestres sont ouvertes dvant de tenter de quitter le pays». Le département d'Etat affirme en outre que «l'organisation terroriste des Shebab basée en Somalie a menacé de mener des attaques terroristes au Burundi et pourrait y viser les intérêts américains».

Echec du coup d’Etat

Le numéro deux du mouvement putschiste au Burundi, le général Cyrille Ndayirukiye, a reconnu l'échec du coup d'Etat contre le président Pierre Nkurunziza. Cette annonce intervient alors que la présidence burundaise a annoncé jeudi soir le retour, sur le territoire burundais, du président Nkurunziza, resté bloqué en Tanzanie depuis le début de la tentative de coup d'Etat, lancée mercredi après-midi par le général Godefroid Niyombare.