Plus de 700 migrants secourus près des côtes indonésiennes

MIGRANTS Depuis plusieurs jours, les organisations internationales affirment que des milliers de migrants sont en perdition en mer...

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants Rohingya originaires de Birmanie dans un abri temporaire en Indonésie, le 14 mai 2015.
Des migrants Rohingya originaires de Birmanie dans un abri temporaire en Indonésie, le 14 mai 2015. — Binsar Bakkara/AP/SIPA

Leur bateau avait fini par faire naufrage. Plus de 700 migrants de Birmanie et du Bangladesh sont parvenus en Indonésie vendredi, secourus par des pêcheurs au large de la province d'Aceh (nord-ouest), a annoncé la police.

Thaïlande: Des migrants appellent «à l'aide» depuis leur bateau en perdition

«Selon les informations initiales qu'ils nous ont données, ils ont été repoussés par la marine malaisienne jusqu'à la frontière maritime avec l'Indonésie», a déclaré Sunarya, chef de la police dans la localité de Langsa où les rescapés ont été débarqués.

«Ping pong» humain

En arrivant dans les eaux territoriales indonésiennes, l'embarcation des migrants a fait naufrage avant que des pêcheurs ne leur portent secours, a ajouté le policier, qui comme de nombreux Indonésiens, n'a qu'un seul nom. D'après les services de l'immigration, les exilés étaient au nombre de 712.

Depuis plusieurs jours, les organisations internationales affirment que des milliers de migrants sont en perdition en mer alors que les gouvernements de la région repoussent les bateaux loin de leurs côtes, ignorant les appels à cesser ce jeu de «ping pong» humain. Ces réfugiés ont été abandonnés par leurs passeurs, qui craignent la nouvelle politique répressive de la Thaïlande, traditionnelle voie de passage pour les filières clandestines.

Jusqu'à présent, des dizaines de milliers de candidats à l'exil transitaient chaque année par le sud de la Thaïlande, point de passage vers la Malaisie et au-delà, fuyant la pauvreté au Bangladesh ou la violence dans le cas des Rohingyas de Birmanie, minorité musulmane considérée par l'ONU comme l'une des plus persécutées du monde.