Burundi: Le chef de l'Etat Pierre Nkurunziza de retour dans le pays

VIOLENCES Pierre Nkurunziza était en Tanzanie depuis le lancement mercredi d'une tentative de coup d'Etat dans son pays...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président du Burundi  Pierre Nkurunziza, le 23 septembre 2011.
Le président du Burundi Pierre Nkurunziza, le 23 septembre 2011. — Jason DeCrow/AP/SIPA

La présidence burundaise a affirmé jeudi soir que le chef de l'Etat Pierre Nkurunziza, qui était en Tanzanie depuis le lancement mercredi d'une tentative de coup d'Etat dans son pays, était de retour au Burundi. «Le président Pierre Nkurunziza est maintenant au Burundi», a affirmé le principal conseiller en communication du président, Willy Nyamitwe.

>> A lire: Les appels au calme se multiplient au lendemain de la tentative de coup d'Etat

«C'est tout ce qu'on peut dire pour le moment pour des raisons de sécurité», a-t-il ajouté.

Pierre Nkurunziza à un sommet régional organisé en Tanzanie

Des informations contradictoires circulaient cependant encore sur l'endroit où se trouvait jeudi soir le chef de l'Etat burundais, des sources tanzaniennes le donnant encore à Dar es Salaam, où il se était en déplacement officiel mercredi au moment de l'annonce du coup d'Etat par le général putschiste Godefroid Niyombare.

Pierre Nkurunziza était venu assister en Tanzanie à un sommet régional consacré à la crise politique dans son pays: depuis fin avril, des manifestations d'opposants à sa candidature à un troisième mandat au scrutin présidentiel du 26 juin secouaient la capitale Bujumbura.

L'issue de la tentative de coup d'Etat encore incertaine

La société civile et une partie de l'opposition politique sont vent debout contre cette candidature, jugée inconstitutionnelle, Pierre Nkurunziza ayant déjà été élu deux fois en 2005 et 2010. Mais la perspective d'un troisième mandat divisait depuis des mois jusque dans les rangs du parti présidentiel Cndd-FDD, dont Godefroid Niyombare, ex-compagnon d'armes de Pierre Nkurunziza du temps de la guerre civile, est lui-même issu.

L'issue de la tentative de coup d'Etat restait incertaine jeudi à Bujumbura, où les forces loyales au président et les putschistes se sont affrontés à l'arme lourde pour le contrôle de la radio et télévision nationale burundaise, restée au bout du compte sous le contrôle des pro-Nkurunziza.