Yémen: Quatre membres présumés d'Al-Qaïda tués dans une attaque de drone

MONDE Il s'agirait vraisemblablement d'un drone américain...

A.B. avec AFP

— 

Une voiture où voyageaient trois membres présumées d'Al-Qaïda, calcinée par un drone le 26 janvier 2015 à l'est de Sanaa, au Yémen
Une voiture où voyageaient trois membres présumées d'Al-Qaïda, calcinée par un drone le 26 janvier 2015 à l'est de Sanaa, au Yémen — - AFP

Quatre membres présumés d'Al-Qaïda ont été tués et d'autres blessés dans une attaque de drone, vraisemblablement américain, lundi à Moukalla, chef-lieu du Hadramout, dans le sud-est du Yémen, selon un responsable local.

Le drone a visé un véhicule à l'entrée du Palais présidentiel à Moukalla, dont s'est saisi Al-Qaïda depuis sa prise de cette grande ville du Yémen le mois dernier, a déclaré le responsable qui a requis l'anonymat.

«Quatre membres d'Al-Qaïda, dont des chefs, ont été tués et d'autres blessés dans l'attaque», a-t-il ajouté, sans être en mesure de fournir dans l'immédiat des détails sur le niveau de responsabilité des personnes tuées au sien du réseau extrémiste.

La détermination américaine

En dépit de la situation très instable au Yémen, les Etats-Unis ont affirmé leur détermination à continuer à combattre Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa), considérée par Washington comme la branche la plus dangereuse du réseau extrémiste sunnite.

Ainsi, Aqpa avait annoncé récemment la mort dans une attaque de drone américain d'un de ses hauts responsables, Nasser Al-Ansi, qui avait revendiqué au nom du groupe extrémiste l'attentat contre Charlie Hebdo.

Sa mort avait été rapportée le 7 mai par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE, qui avait précisé que «selon des informations de presse, Ansi a été tué par un raid de drone à Moukalla (...) en avril avec son fils et six autres combattants».

Des combattants du réseau extrémiste se sont emparés à la mi-avril de l'aéroport de Moukalla, une ville qu'ils contrôlaient déjà partiellement à la faveur du chaos qui règne au Yémen, théâtre de raids aériens d'une coalition arabe et de combats entre partisans et adversaires du chef de l'Etat en exil.

Le 2 avril, les insurgés d'Aqpa avaient attaqué Moukalla et pris, en 24 heures, le contrôle des principaux quartiers, libérant au passage plus de 300 détenus, dont un de leurs chefs.