Meurtre d'Anna Politkovskaïa : la piste tchétchène

RUSSIE Les commanditaires du meurtre seraient des hauts dignitaires de la région caucasienne...

— 

Selon Alexandre Goldfarb, le jour de son empoisonnement, Litvinenko avait rencontré deux Russes et un Italien, dans un restaurant de sushis, avec lequel il aurait évoqué le meurtre de la journaliste d'opposition Anna Politkovskaïa.
Selon Alexandre Goldfarb, le jour de son empoisonnement, Litvinenko avait rencontré deux Russes et un Italien, dans un restaurant de sushis, avec lequel il aurait évoqué le meurtre de la journaliste d'opposition Anna Politkovskaïa. — Yuri Kabodnov AFP/Archives

Enfin une piste sur le meurtre de la journaliste russe Anna Politkovskaïa. Selon son journal «Novaïa Gazeta», dont les journalistes mènent leur propre enquête et qui s’est confié à «Libération» et à la BBC, les deux suspects sont deux dignitaires tchétchènes qui occupent des postes très élevés dans le régime installé par Moscou. L’un d’eux serait lié au FSB, les services secrets russes.

Pourquoi la rédaction de «Novaïa Gazeta» se livre-t-elle aujourd’hui ? Parce que l’enquête de la police, satisfaisante jusqu’alors, leur semble en train de dérailler. « Les enquêteurs travaillaient sur la même piste que nous. Mais des choses étranges ont commencé à se produire. Le FSB tente d'orienter l'enquête vers Berezovski [l'oligarque en exil à Londres]. Un policier très professionnel, qui menait l'enquête très sérieusement, vient d'être déchargé du dossier», a ainsi raconté à «Libération» Viatcheslav Ismaïlov, journaliste chargé de l’enquête.

Toujours d’après le journal, le président de la République tchétchène lui-même, Ramzan Kadyrov, est informé de l'identité des commanditaires du meurtre. «Ils l'ont tuée, mais pas sur mon ordre. Sur ordre du FSB», aurait-il ainsi déclaré à des proches. L’un des deux commanditaires présumés pourrait même être appelé à devenir numéro un de la Tchétchénie si l'actuel président venait à être assassiné.