Chavez fait taire une chaine de télévision

VENEZUELA Radio Caracas Television a cessé d'émettre après 54 années d'existence...

avec AFP

— 

Radio Caracas TV a cessé d'émettre le dimanche 22 mai 2007 après que Hugo Chavez n'a pas renouvelé sa concession
Radio Caracas TV a cessé d'émettre le dimanche 22 mai 2007 après que Hugo Chavez n'a pas renouvelé sa concession — REUTERS/

La télévision la plus ancienne du Venezuela, RCTV (Radio Caracas Television), dernière grande chaîne d'opposition du pays, a cessé d'émettre dimanche une seconde avant minuit, après 54 années d'existence. Le gouvernement d'Hugo Chavez a en effet refusé de renouveler leur concession, malgré les critiques émises à l'étranger. La chaîne était connue dans toute l'Amérique latine pour ses programmes de divertissements et ses feuilletons.

Les employés de la chaîne, se tenant par la main, sont apparus à l'écran chantant l'hymne national juste avant l'arrêt des émissions. Une grande partie des 3.000 salariés de RCTV s'étaient rassemblés sur le plateau entonnant des chants appelant à l'union et l'amitié, dont beaucoup ne pouvaient retenir leurs larmes, tandis que le président de la chaîne, Marcel Granier, se déclarait sûr que «la démocratie et RCTV reviendront au Venezuela». La chaîne de télévision a diffusé pour sa dernière journée un programme intitulé "un ami, c'est pour la vie", retraçant ses plus grands succès

Dans un éditorial intitulé «Pouvoir sans limite», El Nacional, l'un des principaux quotidiens vénézuéliens, affirme que cette mesure marque "la fin du pluralisme" dans le pays.

Chaîne «putschiste»

En plusieurs endroits de Caracas, des partisans d’Hugo Chavez ont tiré des fusées de feu d'artifice pour célébrer la fin des émissions de RCTV que le président vénézuélien a accusé d'être «putschiste» et d'avoir soutenu le coup d'Etat avorté contre lui en 2002.

Une fête populaire se déroulait par ailleurs devant un complexe culturel de Caracas, avec la participation de nombreux artistes vénézuéliens, pour célébrer la naissance de la nouvelle chaîne de «télévision socialiste» (TVES), financée par le gouvernement, dont les transmissions ont commencé dès que ce sont interrompues celle de RCTV.