Paraguay: Le violeur présumé de la fillette enceinte de 10 ans arrêté

SOCIETE L'homme, en fuite depuis deux semaines, risque jusqu'à 15 ans de prison...

20 Minutes avec agences

— 

Au Paraguay, une fillette de dix ans est enceinte de cinq mois après avoir été violée par son beau père
Au Paraguay, une fillette de dix ans est enceinte de cinq mois après avoir été violée par son beau père — Jorge Saenz/AP

Le beau-père et violeur présumé d'une fillette de 10 ans enceinte au Paraguay, en fuite depuis 15 jours, a été arrêté ce samedi à Caazapa, à 300 km au sud-est de la capitale. «Très fuyant», c'est ainsi que le suspect a été présenté à la presse par le chef de la police Tomas Paredes. Ce dernier précise: «Il sait bien ce qui l'attend. Il va affronter un procès dense». 

VIDEO. Paraguay: Violée et enceinte, une fillette de 10 ans n'a pas le droit d'avorter

Le suspect nie les faits

Face à ces accusations, le beau-père de la fillette nie les faits: «Je ne l'ai pas touchée, je suis innocent», a assuré ce dernier, un homme âgé de 42 ans, disant avoir été accusé faussement par la mère de la fillette, actuellement en détention pour complicité présumée. Il ajoute: «Ce qui s'est passé, c'est que je me suis disputé avec ma petite copine» (la mère) qui «aime chercher des histoires». «Je suis disposé à passer toutes les analyses pour prouver que ce n'est pas moi », a-t-il indiqué. L'homme risque jusqu'à 15 ans de prison s'il est reconnu coupable.

 

Pour empêcher que l'on contraigne la fillette, qui fêtera ses 11 ans en mai, à mener sa grossesse à terme (1), une campagne a été lancée par la branche locale d'Amnesty International, sous le mot-clé #NiñaEnPeligro. De son côté, l'Unicef tire la sonnette d'alarme face au manque de protection pour les fillettes victimes d'abus sexuels. Selon l'organisation, 650 fillettes de 10 à 14 ans ont accouché et 20 000 jeunes filles de 15 à 19 ans sont tombées enceintes en 2014.

(1) Au Paraguay, l'interruption volontaire de grossesse est proscrite par la Constitution. Elle est toutefois tolérée par le Code pénal jusqu'à 20 semaines en cas de danger pour la mère.