Mai 1945: Poutine remercie la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis pour la victoire

COMMEMORATION La Russie célébrait samedi le 70e anniversaire de «sa» victoire sur l'Allemagne nazie...

20 Minutes avec AFP

— 

Vladimir Poutine à l'occasion de la parade militaire pour célébrer la victoire russe sur l'Allemagne nazie, le 9 mai 1945.
Vladimir Poutine à l'occasion de la parade militaire pour célébrer la victoire russe sur l'Allemagne nazie, le 9 mai 1945. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

La Russie célébrait samedi en grande pompe, mais sans ses alliés européens et américain d'alors, le 70e anniversaire de «sa» victoire sur l'Allemagne nazie. A cette occasion, le président russe Vladimir Poutine a remercié samedi la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis pour leur contribution à la victoire contre les Nazis, à l'occasion de la parade militaire marquant le 70e anniversaire de la victoire de l'Armée rouge sur l'Allemagne d'Hitler.

>> A lire: Hollande au côté de Kerry pour le 70e anniversaire de la fin de la guerre 39-45

«Je remercie les peuples de Grande-Bretagne, de France et des Etats-Unis pour leur participation à la victoire. Je remercie les différents pays antifascistes qui ont pris part aux combats contre les Nazis dans les rangs de la résistance et dans la clandestinité», a déclaré le président russe, avant une minute de silence en mémoire des victimes de la guerre.

«Il faut rappeler que c'est l'Armée rouge qui, au terme d'un assaut dévastateur sur Berlin, a mis un point final à la guerre contre l'Allemagne hitlérienne», a souligné Vladimir Poutine devant les 16.000 soldats rassemblés sur la place Rouge. «L'Union soviétique a pris part aux batailles les plus sanglantes. Ici, les nazis ont concentré leur puissance militaire», a-t-il ajouté.

Les dirigeants occidentaux absents

Le président russe a ensuite appelé à ne pas oublier le «patrimoine commun» des vainqueurs: «la confiance et l'unité», des «valeurs qui ont été le fondement de l'ordre mondial après-guerre». Des institutions comme l'Organisation des Nations unies, créées après la Seconde guerre mondiale, ont «été efficaces pour résoudre les différends et les conflits», a-t-il rappelé en regrettant que «ces dernières décennies, les principes de coopération internationale ont été négligés» au dépens de «tentatives de création d'un monde unipolaire (qui) portent atteinte au développement de la planète».

Le président russe s'exprimait en présence d'une vingtaine de leaders mondiaux mais en l'absence des dirigeants occidentaux, qui ont boycotté la cérémonie sur fond de tensions liées à la crise ukrainienne. Cette crise a ramené les relations entre la Russie et l'Ouest à leur niveau le plus bas depuis la Guerre froide.

Seulement une allution pour évoquer l'Ukraine

«Soixante-dix ans plus tard, l'histoire nous appelle à être à nouveau vigilant», a ensuite déclaré Vladimir Poutine, rappelant que les croyances en «une supériorité raciale avaient entraîné une guerre sanglante» et qu'il ne fallait pas commettre les mêmes erreurs.

Le président russe s'est limité à cette allusion, sans évoquer directement la «menace fasciste» habituellement brandie par le Kremlin au sujet de l'Ukraine, où un soulèvement populaire pro-occidental a chassé du pouvoir l'ancien président Viktor Ianoukovitch en février 2014.

La parade militaire a commencé immédiatement après le discours du président Poutine. Plus de 1.300 soldats étrangers ont ouvert le défilé, notamment des contingents arméniens, azerbaïdjanais, indiens, chinois, serbes et mongols.