Elections en Grande-Bretagne: Après son revers, le leader de l'Ukip, Nigel Farage, démissionne

LEGISLATIVES Le leader du parti europhobe n'a pas réussi à entrer à Westminster, et a donc tenu parole et a démissionné, mais il a ajouté qu'il allait «réfléchir cet été» s'il allait se présenter à sa propre succession en septembre...

B.D. avec AFP
— 
Nigel Farage le 15 avril 2015
Nigel Farage le 15 avril 2015 — Simon Ford/REX Shutters/REX/SIPA

Le leader de l'Ukip, Nigel Farage, battu dans sa circonscription de South Thanet, dans son Kent natal, a confirmé ce vendredi qu'il démissionnait de la tête du parti europhobe sans toutefois exclure un retour à l'automne.

«Je suis un homme de parole», a souligné l'eurodéputé de 51 ans, devancé par le candidat conservateur lors des législatives britanniques de jeudi. Mais, il a ajouté qu'il allait «réfléchir cet été» s'il allait se présenter à sa propre succession en septembre. En attendant, il a proposé que la vice-présidente du parti Suzanne Evans prenne la tête de l'Ukip à titre provisoire.

«J'ai envie de prendre mon été, de m'amuser un peu»

«Je sens une pointe de déception mais je me sens aussi en partie mieux que depuis de nombreuses années. Je n'ai plus pris deux semaines de vacances depuis octobre 1993. J'ai envie de prendre mon été, de m'amuser un peu», a-t-il dit. Ce résultat «me soulage d'un énorme poids, je ne me suis jamais senti si heureux», avait-il déclaré, avec un sourire crispé, après la lecture des résultats qui lui ont une nouvelle fois barré la route de la Chambre des Communes.

Après sa défaite, l'Ukip ne devrait conserver qu'un seul de ses deux députés à Westminster avec Douglas Carswell, réélu à Clacton. Le parti, qui obtient près de 13% des votes au niveau national, a été fortement pénalisé par le mode de scrutin uninominal à un tour. «Le temps est venu pour une réforme radicale du système politique», a déclaré Nigel Farage, ancien trader de 51 ans et co-fondateur de l'Ukip.