Texas: Les djihadistes-présumés abattus dimanche ont ouvert le feu avec des fusils mitrailleurs

ETATS-UNIS La police a livré de nouvelles informations sur l'attaque dans laquelle deux sympathisants de Daesh ont été tués...

Coline Clavaud-Mégevand

— 

Le leader d'extrême droite Geert Wilders entouré par le SWAT, avant que n'éclate la fusillade.
Le leader d'extrême droite Geert Wilders entouré par le SWAT, avant que n'éclate la fusillade. — HAND OUT / GEERT WILDERS / AFP

C'est bien un drame qui a été évité au Texas. Les deux djihadistes-présumés abattus dimanche par un policier à l'occasion d'un concours de caricatures du prophète Mahomet ont ouvert le feu avec des fusils mitrailleurs, ont précisé les autorités, lundi.

Les derniers élements de l'enquête

Les deux hommes sont sortis de leur véhicule et ont immédiatement ouvert le feu avec des fusils mitrailleurs. «Clairement, ils étaient là pour tirer sur les gens», a dit le porte-parole de la police de Garland, Joe Harn. «Sous le feu auquel il était soumis», il a fait «un excellent travail» et qu'il a «probablement sauvé des vies».

Quelle était la nature du rassemblement?
À l’origine de l’événement organisé dans un centre de conférences de Garland, dans la banlieue de Dallas, on trouve Pamela Geller, Présidente de l’American Freedom Defense Initiative (AFDI). L’association a par le passé financé des campagnes de publicité contre l’Islam et s’était opposée à la création d’un centre communautaire musulman près de Ground Zero, à New York. Elle est considérée par certains groupes de surveillance de l'extrême droite comme antimusulmanne et promouvant un discours de haine. Le rassemblement, dont le thème était la défense de la liberté d’expression, comprenait une exposition et un concours de caricatures de Mahomet, avec à la clé un prix de 10 000$. Une intervention de Geert Wilders, leader de l’extrême droite hollandaise connu pour ses prises de positions radicales, était également au programme. Deux cents personnes ont participé à l'événement, autour duquel un important dispositif de sécurité avait été prévu.

Le leader d'extrême droite Geert Wilders entouré par le SWAT, avant que n'éclate la fusillade. - HAND OUT / GEERT WILDERS / AFP

Comment l'attaque a-t-elle eu lieu ?
Il était 19h heure locale et l’événement touchait à sa fin quand les deux suspects se sont garés devant le bâtiment et ont tiré sur un officier chargé de la sécurité, a déclaré le porte-parole de la police locale. Des tirs ont ensuite été échangés entre la police de Garland et les deux hommes, qui ont été tués. La police craignant la présence d’une bombe, des démineurs ont fouillé leur véhicule et soixante-quize participants encore présents sur les lieux, d'abord retenus dans le centre, ont été évacués. Le garde de sécurité, touché à la cheville, a quant à lui été hospitalisé quelques heures avant de rentrer chez lui.

Que sait-on des deux attaquants?

Selon les médias américains, ils se nommeraient Elton Simpson, 31 ans, et Nadir Soofi, 34 ans. Simpson était déjà sous le coup d'une enquête concernant des soupçons de terrorisme. Selon SITE, organisation spécialisée dans la surveillance des sites djihadistes, un homme se revendiquant du groupe islamiste Daesh a affirmé sur Twitter que l'attaque avait été perpétrée par deux sympathisants de l'organisation djihadiste. Les messages datés du 3 mai sont signés d’un certain «Abu Hussain AlBritani», le nom utilisé par le djihadiste britannique Junaid Hussain selon SITE. Son compte a depuis été désactivé. Le gouverneur du Texas Gregg Abbott a annoncé que tous les moyens étaient actuellement mis en œuvre pour déterminer l’origine exacte de l'attaque et le FBI s’est joint à l’enquête. 

Un djihadiste anglais affirme que l'attaque est liée à Daesh. - Capture d'écran Twitter

Quelles réactions après cette fusillade? 

Geert Wilders s’est dit « choqué » par l’attaque. Lui et les organisateurs ont dénoncé sur les réseaux sociaux « une atteinte à la liberté d’expression », Pamela Geller évoquant une véritable « guerre » sur son site internet. Harris Zafar, vice-Président de l'Ahmadiyya Muslim Youth Association, la plus grande association de jeunes musulmans de Grande Bretagne, a déclaré à CBS: «  Les gens ont besoin d’une voix forte émanant des musulmans et condamnant cette folie ». ​Le gouverneur du Texas Gregg Abbott a quant à lui parlé d'une "attaque insensée".