Séisme au Népal: Trois morts et sept disparus français, selon un nouveau bilan

CATASTROPHE «Nous sommes toujours sans nouvelles de 79 personnes», a ajouté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal...

B.D. avec AFP

— 

Les montagnes de la région de Langtang au Népal, vues depuis Katmandou le 10 décembre 2014 Lancer le diaporama
Les montagnes de la région de Langtang au Népal, vues depuis Katmandou le 10 décembre 2014 — Prakash Mathema AFP

Trois ressortissants français sont morts dans le séisme qui a ravagé le Népal le 25 avril et sept sont portés disparus, selon un nouveau bilan diffusé ce dimanche par le Quai d'Orsay.

«A ce stade, trois ressortissants français sont décédés et sept présumés disparus», a indiqué sur Twitter le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal. «Nous sommes toujours sans nouvelles de 79 personnes», a-t-il ajouté.

«Les opérations pour extraire nos ressortissants en montagne continuent, en liaison avec les autorités népalaises», a-t-il par ailleurs expliqué, précisant que «six Français ont pu être récupérés ce (dimanche) matin par hélicoptère dans la région de Manaslu», dans le centre-nord du Népal.

Par ailleus, selon les informations de FranceTVinfo, six randonneurs Français «ont probablement trouvé la mort dans la région du parc national de Langtang», une région populaire de trekking. Selon un journaliste de France 2 présent au Népal, la maison dans laquelle ils se trouvaient a été emportée par un éboulement. Le frère de l'un des randonneurs, qui avait multiplié les appels à l'aide ces derniers jours, leur a d'ailleurs rendu hommage sur Twitter.

Dimanche les sauveteurs ont récupéré dans la zone de Langtang une cinquantaine de corps, dont ceux de six touristes étrangers, dont la nationalité n'a pas été précisée. On ignore s'il s'agit des six Français présumés disparus.

Selon les autorités népalaises, le bilan provisoire du tremblement de terre s'élève dimanche matin à au moins 7.040 morts et 14.120 blessés. Le ministre des Finances Ram Sharan Mahat a estimé que «le bilan humain définitif sera beaucoup plus élevé» car «il reste des villages que nous n'avons pas encore pu atteindre, mais où nous savons que toutes les maisons ont été détruites». «Les répliques sont incessantes», a-t-il aussi souligné.