VIDEO. Émeutes à Baltimore: Nouvelles arrestations après des manifestations

MONDE La police de Baltimore a procédé vendredi soir à une série d'arrestations de manifestants qui ont bravé le couvre-feu en vigueur depuis mardi dans la ville...

20 Minutes avec AFP

— 

Des habitants de Baltimore après l'annonce des poursuites engagées contre six policiers dans l'enquête sur la mort de Freddie Gray, le 1er mai 2015.
Des habitants de Baltimore après l'annonce des poursuites engagées contre six policiers dans l'enquête sur la mort de Freddie Gray, le 1er mai 2015. — David Goldman/AP/SIPA

L'annonce de poursuites contre six policiers n’a pas calmé les esprits vendredi soir à Baltimore, cette ville du Maryland en proie à de violents affrontements depuis la mort de Freddie Gray, un jeune Noir, blessé dans un fourgon de police.

«Justice pour Freddie Gray»

Des manifestants ont bravé vendredi soir le couvre-feu instauré après les émeutes de lundi  soir. Ils ont formé un cordon devant les forces de police. «Les officiers de police ont interpellé des manifestants qui refusaient de quitter les lieux après l'entrée en vigueur du couvre-feu», a déclaré le département de la police de Baltimore dans un Tweet.

Ces  arrestations ont eu lieu alors que la soirée était calme, les rues de la ville étant clairsemées à l'approche du couvre-feu, entré en vigueur à 22h pour la quatrième nuit consécutive.

«J'ai été arrêté injustement. C'est ma ville. Cette police n'habite pas ici, moi si», a déclaré un manifestant à la chaîne CNN.

Auparavant, partis de l'hôtel de ville, les manifestants avaient réclamé «justice pour Freddie Gray», 25 ans, mort le 19 avril des suites d'une blessure «grave» lors de son transport le 12 avril sans ceinture, pieds et mains liés, à plat ventre dans un fourgon de police.

Cinq policiers en détention

En fin d'après-midi, à l'approche de policiers chargés de surveiller le défilé, des manifestants avaient lancé: «envoyez ces policiers en prison, tout ce foutu système est sûrement coupable». «Arrêtez l'occupation de Baltimore», a crié un autre.

D'autres brandissaient des pancartes où on pouvait lire «Merci madame Mosby», du nom de la procureure du Maryland Marilyn Mosby qui a annoncé plus tôt dans la journée des poursuites contre les six policiers, y compris pour meurtre ou homicide contre quatre d'entre eux.

 

Sa décision a été vivement dénoncée par l'avocat du syndicat de police local, mais saluée par la famille de la victime et des habitants.

«Nous remercions la procureure et son équipe pour leur courage sans précédent, et leur réponse mesurée et professionnelle à cette crise», a déclaré un avocat de la famille, William Murphy.

Dans le quartier de Baltimore le plus touché par les violences de lundi, les habitants ont accueilli sa décision avec des cris de joie.

«Ça fait longtemps qu'on attendait ça», a déclaré Dexter Dillard, 47 ans, au coin des rues West North et Pennsylvania, où un supermarché a été pillé et incendié lors des pires émeutes à Baltimore depuis les années 1960.

L'avocat du syndicat des policiers a lui dénoncé une décision précipitée. «Je n'ai jamais vu un tel empressement à engager des poursuites», a dénoncé Michael Davey, un ancien policier devenu avocat du syndicat de l'Ordre fraternel de la police de Baltimore, qui représente les six policiers.

«Nous sommes convaincus que ces agents seront exonérés, car ils n'ont rien fait de mal», a-t-il dit, en ajoutant qu'il «espérait (que l'enquête) soit suivie par un procureur indépendant».

Des médias ont publié les photos des six policiers inculpés, dont trois sont noirs. Cinq d'entre eux sont en détention, selon la maire de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake.