Séisme au Népal: Plus de 6.000 morts et 14.000 blessés selon un dernier bilan

MONDE Et le bilan pourrait encore augmenter...

20 Minutes avec AFP

— 

Des femmes évacuent le 28 avril 2015 près de Katmandou les débris de bâtiments effondrés lors du séisme qui a touché le Népal
Des femmes évacuent le 28 avril 2015 près de Katmandou les débris de bâtiments effondrés lors du séisme qui a touché le Népal — MENAHEM KAHANA AFP

Près d'une sémaine après le séisme dévastateur qui a touché le Népal, le bilan, jour après jour, ne cesse de s'alourdir. Au moins 6.204 personnes sont mortes et 13.932 ont été blessées, selon le dernier bilan officiel communiqué vendredi par les autorités du pays himalayen.

Selon l'ONU, huit des 28 millions de Népalais, dont 1,7 million d'enfants, ont été affectés par ce séisme de magnitude 7,8, le plus meurtrier dans le pays depuis plus de 80 ans. La communauté internationale s'est rapidement mobilisée et des centaines de secouristes étrangers sont à pied d'oeuvre pour rechercher des rescapés dans les décombres, soigner les blessés, installer camps de fortune ou équipements sanitaires.

Deux survivants, un adolescent de 15 ans et une jeune femme, ont été sortis jeudi des gravats sous lesquels ils avaient été ensevelis samedi 25 avril dans la capitale Katmandou, dévastée par la secousse.

Des régions à cinq jours de marche

Ces découvertes offrent une rare éclaircie dans un horizon très sombre pour le Népal, les coordinateurs de l'aide ayant prévenu que certains villages très touchés ne pouvaient être rejoints qu'après cinq jours de marche.

La région de Sindhupalchowk, au nord-est de Katmandou, a été particulièrement touchée et le désespoir y était grand. «L'une de nos équipes qui est revenue de Chautara dans le district de Sindupalchowk (région montagneuse au nord-est de Katmandou) a indiqué que 90% des habitations y avaient été détruites», a expliqué Jagan Chapagain, responsable de la division Asie Pacifique de la Fédération internationale de Croix-Rouge (Fiscr).

«L'hôpital s'est effondré et des gens creusent à mains nues dans les décombres dans l'espoir de trouver des membres encore vivants de leurs familles», a-t-il expliqué. Des journalistes de l'AFP ont rapporté qu'une autre partie de ce district avait également été très détruite.