Kim Jong-Un annule sa venue à Moscou pour les célébrations de la victoire de 1945

INTERNATIONAL Le leader nord-coréen ne se participera pas aux cérémonies commémorant la victoire de la Russie sur l'Allemagne nazie...

L.C. avec AFP
Kim Jong-Un sur une photo de l'agence Korean Central News Agency (KCNA), prise le 15 février 2015 à Pyongyang.
Kim Jong-Un sur une photo de l'agence Korean Central News Agency (KCNA), prise le 15 février 2015 à Pyongyang. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a annulé sa venue à Moscou le 9 mai 2015, pour les célébrations de la victoire sur l'Allemagne nazie, a annoncé jeudi le porte-parole du Kremlin.

«Il ne viendra pas. C'est lié à des questions de contingence intérieure», a expliqué à l'AFP Dmitri Peskov, alors que la cérémonie sera déjà boudée par la plupart des dirigeants occidentaux en raison du rôle attribué à la Russie dans le conflit ukrainien.

Un rapprochement entre Moscou et Pyongyang

Le jeune dirigeant nord-coréen, qui aurait dû effectuer à cette occasion son premier voyage officiel à l'étranger et son baptême du feu diplomatique, avait accepté en janvier l'invitation de la Russie, qui avait lancé une «année de l'amitié» entre les deux pays.

Pour de nombreux observateurs, la future visite de Kim Jong-Un à Moscou avait été perçue comme un signe de la volonté de Pyongyang de réduire sa dépendance à l'égard de la Chine, son principal allié, et de se rapprocher de Moscou, qui a multiplié les signes de soutien.

La Russie doit notamment moderniser une partie du réseau ferré de la Corée du nord, en échange d'un accès à ses ressources naturelles, un projet estimé à 20 milliards d'euros.

La liste des pays présents à la cérémonie se réduit

Avec l'absence de Kim Jong-Un au 70e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie, Moscou, que la crise ukrainienne a isolé sur la scène internationale, voit la liste de ses invités se réduire toujours plus.

Au total, sur les 68 leaders mondiaux invités, «nous prévoyons qu'environ 30 chefs d'Etat ou de gouvernements participent», a estimé Dmitri Peskov, cité par l'agence de presse TASS.

Parmi eux sont attendus le Chinois Xi Jinping, l'Indien Narendra Modi ou le Cubain Raul Castro. La liste du Kremlin contient également des dirigeants non reconnus par la communauté internationale comme les «présidents» des territoires géorgiens séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud.

Certains présidents, comme le Tchèque Milos Zeman, seront à Moscou le 9 mai mais n'assisteront pas à la parade militaire. D'autres enfin ont fait le choix de venir à Moscou un autre jour, comme la chancelière allemande qui effectuera une courte visite le 10 mai à Moscou.

Une victoire célébrée avec faste

D'ores et déjà, le Kremlin a minimisé l'importance des absents le 9 mai, affirmant que la plupart des pays comprenaient l'importance jouée par l'URSS dans la chute du nazisme.

Et la Russie, qui a l'habitude de célébrer chaque année cette victoire avec faste, a promis que la cérémonie serait cette année plus grandiose encore que d'habitude.

Appelée Grande Guerre Patriotique à l'époque soviétique et encore aujourd'hui, la Seconde Guerre mondiale a vu au moins 27 millions de citoyens soviétiques périr. Pierre angulaire de l'histoire du pays, la victoire du 9 mai 1945 - 9 mai et non 8 mai en raison du décalage horaire au moment de la signature de la capitulation allemande - est un sujet de fierté et d'affirmation du patriotisme en Russie.