La Finlande tente de chasser un mystérieux sous-marin par un coup de semonce

DIPLOMATIE La Défense finlandaise ignore à quel type de navire elle avait affaire...

N.Beu. avec AFP
Des bateaux en Finlande, en mer Baltique.
Des bateaux en Finlande, en mer Baltique. — LEHTIKUVA OY/SIPA

Le jeu de cache-cache reprend en mer Baltique. Quelques mois après la chasse au sous-marin «étranger» dans les eaux territoriales suédoises, c'est désormais la Finlande qui dit avoir repéré un mystérieux navire submersible près de ses côtes. Mardi, la Défense finlandaise a même annoncé avoir tiré un coup de semonce afin de chasser un éventuel sous-marin qui se serait trouvé dans ses eaux territoriales près d'Helsinki.

«Dans le cadre de la surveillance de l'intégrité du territoire, la Marine a fait une observation d'un éventuel objet sous-marin» lundi vers midi, aux confins des eaux territoriales et au large de la capitale, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. «Une mission de reconnaissance a été conduite avec des navires en surface. Une nouvelle observation a été faite dans la zone de recherche» dans la nuit de lundi à mardi, a-t-il poursuivi. Puis «du fait des observations, un coup de semonce a été tiré au moyen de bombes sous-marines d'avertissement à 3 heures du matin».

L'épée de Damoclès russe

Le ministre de la Défense, Carl Haglund, a expliqué au quotidien Hufvudstadsbladet qu'il s'agissait de bombes «qui émettent un bruit sourd mais ne causent pas de dommages directs». «Avec elles, on peut montrer qu'on a mis au jour une activité» suspecte. Plus aucune autre observation n'a été faite par la suite, selon la Finlande, qui n'a pas donné de précisions sur le type de sous-marin dont il pourrait s'agir. «La Marine poursuit son enquête actuellement pour savoir ce qui s'est passé exactement», a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère, Max Arhippainen.

L'incident intervient dans un contexte d'activité militaire russe accrue en mer Baltique, qui a poussé la Finlande à annoncer l'intensification de la coopération avec les autres pays nordiques, et en particulier son voisin suédois. En octobre, la Suède avait recherché en vain pendant une semaine un sous-marin «étranger» observé à plusieurs reprises dans ses eaux territoriales près de Stockholm. La Russie, bien que tous les regards se soient tournés vers elle, avait nié que ce sous-marin puisse être l'un des siens.

La Finlande partage une frontière de 1.340 kilomètres avec la Russie, voisin avec lequel elle a tâché de maintenir de bonnes relations depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle a tradition de pays non aligné, et la majorité de l'opinion publique et de la classe politique est opposée à une adhésion à l'Otan, idée contre laquelle Moscou l'a mise en garde à plusieurs reprises.