Sardaigne: Deux anciens gardes du corps de Ben Laden dans un réseau islamiste

TERRORISME Les deux hommes faisaient partie d'un réseau islamiste qui aurait projeté d'attaquer le Vatican ...

20 Minutes avec AFP

— 

Google map de la Sardaigne.
Google map de la Sardaigne. — Google map

La police italienne a annoncé ce vendredi avoir démantelé un réseau islamiste basé en Sardaigne et ordonné l'arrestation de 18 personnes, dont deux anciens gardes du corps de Ben Laden. Ils sont notamment accusés d'avoir participé à des activités terroristes au Pakistan.

Ces 18 personnes, dont sept ont été arrêtées à Gallura, en Sardaigne, sont accusées d'appartenance à «une organisation dédiée aux activités criminelles transnationales s'inspirant d'Al-Qaïda et à d'autres organisations radicales prônant la lutte armée contre l'Occident et l'insurection contre l'actuel gouvernement du Pakistan», selon le mandat d'arrêt lancées contre elles.

Projet avorté contre le Vatican

Ces islamistes aurait en outre projeté un attentat contre le Vatican, rapporte La Repubblica. «Il n'y a aucune preuve, mais une forte présomption», a indiqué à la presse Mario Carta, responsable des services de renseignement à Cagliari en Sardaigne. Ce dernier a précisé que des écoutes téléphoniques avaient conduit les enquêteurs à prendre au sérieux ce projet d'attentat sur la base de conversations évoquant la «via della Conciliazione», la principale rue qui conduit au Vatican, et en raison de propos «ironiques» tenus sur le pape. «Le Jihad part d'Italie», aurait notamment dit un des ces suspects sous écoute. 

Cité par le quotidien italien, le porte-parole du Saint-Siège Federico Lombardi a expliqué que ce projet -avorté- remontait à 2010 et qu'il n'était plus aujourd'hui un motif d'inquiétude. En mars 2010, deux Pakistanais avaient atterri à Rome, ayant manifestement le projet d'attaquer le Vatican. 

Suspectés par la police, le réseau islamiste leur avait alors conseillé de changer d'air. L'un avait rejoint Olbia, en Sardaigne, quand l'autre allait à Bergame, en Lombardie. Une perquisition au domicile du chef de file islamiste d'Olbia avait permis de découvrir un appel au martyre, rédigé par l'un des apprentis terroristes.

Sous la houlette d'un imam

Les islamistes sont aussi accusés d'être impliqués dans un trafic d'immigrants clandestins.Ils auraient fait passer illégalement, dans certains cas, des Afghans et des Pakistanais de l'Italie vers des pays d'Europe du Nord.

L'organisation aurait eu en Italie comme chef principal un imam, du mouvement « Tabligh Eddawa », installé en Lombardie (nord), qui se servait de son autorité religieuse et de son prestige pour récolter des fonds. Ce réseau, selon les enquêteurs, disposait «d'armes en abondance» et «de nombreux affiliés prêts à mener des actes terroristes au Pakistan et en Afghanistan, avant de se replier ensuite en Italie».